#Blacklivesmatter : dénaturons-nous le combat?

Je devine que je vais déclencher l’ire des foules.

En partant, je ne suis pas légitime dans le combat des #blacklivesmatter. Je suis blanche, je vis dans un pays à majorité blanche, je n’ai jamais été traitée différemment pour ma couleur de peau.

J’ai été élevée avec l’idée que chaque personne était égale à une autre, quel que soit son sexe, sa couleur de peau, sa religion, son orientation sexuelle, sa classe sociale. Ma principale réponse au racisme était que moi, je ne voyais pas de différences entre les gens. Et si c’est une belle idée, en théorie, l’âge adulte m’a confronté à d’autres visions. J’ai cessé de m’intéresser à la voix des Blancs qui soutenaient les Noirs, pour m’intéresser à celles des Noirs eux-mêmes. J’y ai ainsi appris bien des choses, mais notamment que faire comme si « tout le monde était pareil » revenait à nier les différences, et donc à nier les inégalités. À nier le racisme, par exemple. Si tout le monde est pareil, alors le racisme est un mensonge. Cela revenait à nier les groupes dans leurs spécificités, et à nier par exemple que les personnes noires sont maltraitées, rejetées, discriminées, en raison de leur couleur de peau.

Lentement (mais sûrement), j’ai changé. Je ne voulais pas m’emparer de voix qui n’étaient pas la mienne, alors je les ai relayées. Je voulais comprendre, alors j’ai lu, beaucoup. Je voulais faire ma part, alors j’ai fait ce qui était le plus à ma portée : j’ai transmis ce que je savais à mes enfants. J’ai acheté des livres avec des personnages noirs, plein, pour que ça devienne une réalité, pour que leur monde ne s’arrête pas à la blancheur de leur peau, pour que dans leur monde, il soit possible, aussi, d’être noir. Ça, c’était la base. Une fois que j’ai estimé que le processus de (dé)construction était bien entamé, je me suis attelée à la prise de conscience. Je leur ai parlé de l’histoire des Noirs, et je leur ai parlé de leur quotidien. Je leur ai montré cette vidéo, celle dans laquelle des parents noirs enseignent à leurs enfants comment se comporter s’ils font face à la police. Elles ne comprenaient pas bien les mots employés, mais elles ont compris les visages, elles ont compris les pleurs, elles ont compris la peur aussi. Quand la plus petite a finalement dit « Mais je ne comprends pas, elle est noire ma meilleure amie, et c’est ma meilleure amie, et c’est la plus gentille fille que je connaisse. Si quelqu’un un jour lui fait du mal je lui mettrais un coup de poing », j’ai su que l’on s’engageait sur le bon chemin.

Lorsque George Floyd a été assassiné par ce policier, alors que les États-Unis se sont embrasés, les réseaux sociaux ont été pris d’assaut par les déclarations de soutien aux personnes noires. Rapidement, d’autres messages s’y sont opposés, venant cette fois-ci de militants noirs eux-mêmes, qui dénonçaient cette mobilisation sur les réseaux sociaux qu’ils estimaient être une sorte de faux soutien, et qui dissimulaient le vrai message, la véritable lutte.

Est-ce le cas? Je pense que oui, partiellement en tout cas. Je fais partie de ceux qui ont peint de noir leur profil en soutien. Je fais partie de ceux qui parlent de ce qui se passe et affichent des messages d’encouragement. Est-ce une manière de récupérer l’attention?

Je crois que lorsqu’on soutient un combat, il faut avoir l’humilité d’écouter ceux que l’on soutient. Alors je suis allée lire encore, et j’ai relayé des mots sans les reformuler. Je voulais porter la parole sans jamais la dénaturer.

Mais je refuse de plaider coupable. Vous savez, il y a cette phrase qui commence par « ça partait d’une bonne intention ». La suite de cette phrase, c’est l’explication de l’erreur. Je refuse de croire que c’est se tromper que d’afficher un soutien (sauf quand on utilise le mauvais hashtag et qu’on noie le message, j’ai compris la leçon). Pour moi, ce n’est pas hypocrite, ce n’est pas « je fais juste ça, et puis ça suffit ». C’est une ouverture au dialogue, un premier pas vers l’apprentissage. C’est une façon de dire qu’on prend conscience.

J’ai déjà vu avec d’autres combats le lynchage qui ne manque pas d’accompagner toute réaction de masse. « Vous dites ça aujourd’hui mais demain vous oublierez », « ce n’est pas votre combat », « ne ramenez pas tout à vous ». Rappelez-vous, on le disait aux hommes lorsqu’ils parlaient des violences faites aux femmes. Et après on leur a dit « ça serait bien que vous souteniez les femmes ».

On ne laisse pas aux gens la chance de changer. Or dans le lot des gens qui affichent leur soutien pour la première fois, quel est le pourcentage réel de ceux qui se diront « c’est bien assez comme ça »? Pour combien cela représentera-t-il plutôt « un premier pas »?

Moi, ce matin, j’ai vu mes réseaux devenir noir, amplement noir, et ça m’a apporté un peu de bonheur. J’y ai vu un support.

Maintenant, il va falloir agir.

-Lexie Swing-

PS Je suis ouverte aux débats, éduquez-moi.