Terrible two (le retour)

Je l’avais sous le coude, ce fameux article. Celui qui allait vous raconter comment le fucking four avait perdu de sa vigueur et comment la tranquillité était revenue chez nous. Les rires étaient joyeux, la politesse usuelle et les petits oiseaux n’étaient pas loin de nouer deux trois noeuds dans les cheveux parfaitement peignés de mes filles.

Mais ça c’était avant. Avant que le terrible two, dont j’avais oublié l’existence, concentrée que j’étais sur sa version updatée, le fucking four, s’invite chez nous. Je ne l’avais pas convié, ce trublion là. La dernière fois qu’il est entré chez nous, il avait promis de repartir dans les six mois. Résultat il est resté deux ans et demi, mutant avec une constance métrononique et respectant avec soin les étapes « comme dans les livres ». Les crises, le non, les réponses, l’impolitesse, les cris, la frustration, les geignements, les cris d’animaux, les geignements encore, les plaintes continuelles, la mauvaise foi… 

Voici donc Tempête, son ami Terrible Two sous le bras, qu’elle étreint comme une vieille peluche dont je suis déjà tannée. Elle respecte même les codes à la lettre, elle qui fait pourtant toujours fi des consignes.

Le Non

– Viens Chérie mettre ton manteau.
– Non.

– Viens mettre ton manteau.

– Non.

– Je te donnerais un bonbon

– Donne bonbon.

– Mets le manteau d’abord 

– Non, bonbon

– Manteau d’abord

– Bonbooon (se roule par terre) 

Double échec: l’enfant fait maintenant une crise pour avoir un bonbon et le manteau est devenu hors sujet.

Les coups

– Tempête arrête de taper ta sœur
– …

– Tempête si tu tapes encore ta sœur, tu descends du chariot.

– … (pire : l’enfant rit)

– Tu descends du chariot et tu marches puisque tu tapes 

– (On met le plan à exécution, l’enfant se laisse tomber sur le sol boueux comme une vieille poupée de chiffon).

– Tempête, marche

– …

– Tempête ?

Le plan échoue. Vous avez 15 mètres d’avance, l’enfant est toujours allongé dans les feuilles du chemin. Il regarde la vieille dame dans sa cour qui vous regarde, vous, avec cet air que seules les vieilles dames savent prendre pour vous faire comprendre à 15 mètres de distance que vous êtes un parent indigne. Vous rebroussez chemin pour récupérer votre progéniture hilare, faites un sourire à la vieille dame pour excuser une faute que vous n’avez pas commise et vous tapez deux kilomètres avec 13 kilos remuant sous le bras gauche et votre dignité sous le talon droit.

Le tout fout l’camp

– Tempête, viens mettre ton manteau (bis)
– …

– Où vas-tu?

– …

– Chérie, Tempête est vers toi?

– Oui, elle vient de récupérer l’iPad.

– Pourquoi?

– Elle demande Pat’patrouille. Je lui mets ?

– NoOOon, j’ai demandé à ce qu’elle mette son manteau.

– Tempête, va voir papa pour mettre ton manteau.

– …

– Elle dit quoi?

– Elle dit qu’elle veut Pat’Patrouille

Vous demandez noir ou blanc, elle rétorque « biberon moi, chocolat! ». Vous évoquez le dodo, elle s’installe devant un puzzle. Vous l’appelez pour le bain, elle disparaît dans son tipi. Vous interdisez les bonbons (l’Halloween, toussa…) et vous la retrouvez attablée devant sa boite de Smarties vidée avec soin. L’enfant de deux ans, c’est la surdité sélective à son meilleur. Parce que quand je murmure chocolat, la dernière syllabe n’a même pas le temps de sortir de ma bouche que j’ai un chien fou qui bondit sur mes genoux, le regard torve et les mains baladeuses. Sélective je vous dis.

Le bacon

Celui là je l’adore, il est parfait et toujours opportun. Il est la représentation parfaite du Terrible Two: un enfant de deux ans pitché par terre, morveux et plein de larmes accusatrices, dont les pieds continuent à fendre l’air tandis que vous le soulevez dans une tentative vaine de calmer le jeu. Au deuxième, on relativise et on enjambe la poupée qui dit non dans un entrechat digne des plus grands ballets. On fait mine de ne pas voir les poils du chien collés au chandail, la coulure de nez jusqu’aux sourcils et le lunatisme tout enfantin. On s’assoie avec un soupçon de fainéantise sur le sofa et on annonce : « Qui c’est qui veut jouer au loto? Je parie que c’est maman qui gagne ». L’ambition trouble des enfants de deux ans et ce sens inné de la compétition fera le reste.

-Lexie Swing-

Photos : StockSnap

16 commentaires Ajouter un commentaire

  1. aylyon dit :

    Merciiiiiiiiiiiiiiiiii
    après une heure de cris et de crises de larmes etc pour pouvoir espérer aller à la garderie,
    j’avais besoin de lire ça et de me sentir moins seule!
    Fucking Four ici :)

    1. lexieswing dit :

      Dis moi que ça s’arrête après ça. La mienne ça la rend lunatique le fucking four. Elle met tranquillement ses chaussettes quand tout à coup je l’entends hurler, se rouler par terre. Quand je finis par la récupérer et la calmer, je constante que sa crise est due à la couture mal placée qui fait une petite bosse

      1. aylyon dit :

        Ben honnêtement je ne me souviens pas d’un F4 pour mon plus grand, ou sinon genre il faisait son ado et allait s’isoler dans sa chambre en claquant la porte, mais rien de si terrible que ça. Puis maintenant il s’amuse juste à être le petit tannant, parce que ça le fait rigoler et quand on le puni il nous dit qu’on a pas d’humour…
        La crise de ce matin, arrivée à destination ma fille qui me dit «oh non ça va j’étais juste un peu fatiguée»… oui mais sinon en général c’est qu’on «lui fait du mal» parce qu’on l’habille «avec des choses moches» ou qu’on «la fait pleurer» parce qu’on a «l’air fâché» ou n’importe quoi d’autre vraiment… donc évidemment les coutures aussi qui doivent être bien droites et évidemment ON NE MET PAS UNE CHAUSSETTE N’IMPORTE COMMENT le talon doit être bien bien centré les motifs bien répartis la chaussette pas étirée mais remontée bien en dessous du pantalon… and so on…

      2. lexieswing dit :

        Ils me rendent dingues lol

  2. mamanlouna dit :

    Oh comme je compatis ! Ici, on sort tout juste du Terrible Two pour entrer de plain pied dans l’Impossible Three…. Numéro 2 n’en est pas encore à prendre la relève, mais elle assure quand même pas mal avec son réveil-bib de 5h du mat’ !
    On en reparle l’année prochaine ? ;-)

    1. lexieswing dit :

      Je me mets une note ;)

  3. Donc en fait vous etes pris en hotage entre F4 et T2 si j’ai bien compris ;) Bon courage haha

  4. Estelle dit :

    Courage face à cette petite tempête !

    1. lexieswing dit :

      Merci! Elle est absolument adorable ;))

  5. Bon, je te conseille de ne jamais lui retirer son manteau. Temps de gagné, ne me remercie pas :lol:

    J’avais oublié à quel point cet âge était frustrant! On a l’impression qu’on a plus un bébé devant nous (et impossible aussi d’imposer sa volonté comme on le fait avec un tout-petit), mais un ado qui raisonne avec trois mots. C’est assez perturbant au début, surtout que TOUT devient vite un enjeu.

    Ça va passer… tu le sais, évidemment.

    En attendant, ta méthode zen me paraît excellente!

    1. lexieswing dit :

      On a trouvé une nouvelle méthode, la garderie lui a appris à faire « cacahuète » (ne me demande pas d’où vient le nom), c’est à dire mettre son manteau seule en le lançant par dessus sa tête. Elle est absolument fan et toujours ravie de le faire

  6. C’est tellement ça!! Ici on en est au fucking four en attendant le terrible Two de Petite Marmotte!! ;)

    1. lexieswing dit :

      Je sens que tu as hâte

  7. Merci pour cet article, on se demandait justement comment on avait fait pour l’élever aussi mal!!? Mais non c est le F4!! 😂

    1. lexieswing dit :

      Je pense qu’on se dit tous la même chose: « bon sang mais qu’est ce que j’ai loupé ?? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s