Le mec de la tombe d’à côté et le Caveau de famille, de Katarina Mazetti

Ce qui est sympa avec les auteurs à la mode, c’est de les découvrir en période post-gloire, lorsque l’enthousiasme est retombé, que les aficionados et les détracteurs se sont exprimés et que, surtout, leurs livres sont sortis en poche.

Ma nouvelle marotte, c’est Katarina Mazetti. J’étais tombée dans « Le mec de la tombe d’à côté » il y a quelques mois. Ecriture fluide mais surtout, scénario rocambolesque. Un rat de bibliothèque un peu gris, plus déco aseptisée de catalogue que chine dans les brocantes, rencontre sur un banc de cimetière un agriculteur du coin, pantalon crotté et discours patois.

Le mec de la tombé d'à côté

Le mec de la tombé d’à côté, de Katarina Mazetti

Elle vient d’enterrer son mari, qui lui ressemblait en tous points, sans que cela n’ait jamais fait réellement vaciller son âme cependant. Le mec « de la tombe d’à côté » vient, pour sa part, fleurir la tombe de ses parents. On est évidemment dans le scénario type « tout les oppose, l’amour va les réunir ». Katarina Mazetti aime assez ces histoires, elle a d’ailleurs repris la même trame dans « Les larmes de Tarzan ». Son vrai talent, c’est d’en faire quelque chose de complétement différent. Désirée la bibliothécaire est attachante mais chiante à souhait. Elle n’a rien de la veuve éplorée qui s’épanche sur son (mauvais) sort, restant plutôt surprise d’avoir perdu un mari qui, comme le dit Evene, « a eu le mauvais goût de partir trop tôt« . Benny est tel qu’on peut l’imaginer: un peu lourdaud et maladroit, levant un sourcil surpris devant les affres de la vie citadine dont il ignore tout. Mais il est aussi résolu à évoluer, à changer pour lui plaire. Katarina Mazetti croque à merveille ces deux personnages pleins d’aspérités.

Le caveau de famille

Le caveau de famille, de Katarina Mazetti

Elle réussit également un tour de force: donner un rendu complètement différent à la suite qu’elle a imaginé pour eux dans « Le Caveau de famille ». Au point d’ailleurs, d’avoir reçu pas mal de critiques négatives. Il est pourtant, par bien des aspects, plus savoureux, parce qu’on va plus loin. Au lieu de les laisser s’observer durant trois tomes du haut de leurs tours d’ivoire, Mazetti les fait fusionner, sombrer l’un dans l’autre. Ni pour le meilleur, ni pour le pire, mais pour une réalité qui est celle de n’importe qui: les couches sales, les pleurs des otites à répétition qui suivent les pleurs des dents, le couple qui s’oublie, le papier peint qui se décolle dans la salle de bains et qu’il faudrait changer mais pour lequel on a jamais le temps. Ces deux personnages « que tout oppose », vont être réunis, certes, « par l’amour » mais aussi par la vie, la vraie, avec tous ses excès, et c’est délicieux de réalisme.

-Lexie Swing-

Publicités

Une réflexion sur “Le mec de la tombe d’à côté et le Caveau de famille, de Katarina Mazetti

  1. Prune dit :

    Coucou cousine.
    Il a carrément la classe ton blog , il a de la geule comme ont dit .
    Le mec de la tombe d’à coté ,j’suis passée devant ssuuppeerrr souvent en hésitant à le lire où non , au final je ne l’est jamais lu, et ton article amplifie mon sentiment de « peut etre devrais je le lire »…
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s