Un fondant de Nathalie pour le plaisir

Le fondant de Nathalie, c’est ce truc incroyable qui mêle chocolat, sucre, oeufs, beurre (beaucoup!) et quelques grains de farine. Repris dans, au moins, deux ouvrages de la cuisinière irlandaise Trish Deseine – « Je veux du chocolat » et « I love cake » – c’est le vrai gâteau du plaisir. Malgré mon équipement de compétition – un Kitchen Aid magnifique – j’aime encore ces préparations déconcertantes de facilité, à mélanger amoureusement à la cuillère en bois dans un bol unique. Peu de vaisselle, peu de temps et un bonheur à déguster…

La "tuerie" de Nathalie./ Photo DR Lexie Swing

La « tuerie » de Nathalie./ Photo DR Lexie Swing

Première étape: mettre en fond « Songs from the chateau » de Kyle Eastwood ou une série sympathique mais sans intrigue (c’est toujours dommage de louper le nom du tueur quand on suit une enquête depuis 20 minutes, exit donc les Experts et autres Cold Case…)

Le fondant de Nathalie – on ignore d’ailleurs qui est Nathalie, mais après ceci, elle pourrait fort bien devenir votre meilleure amie à vous aussi – doit être préparé en avance, le soir pour le lendemain matin ou le matin pour le soir par exemple. Idéal quand on a un dîner prévu, moins quand on est pressé (mais la frustration se dissoudra rapidement dans le chocolat à lécher à même le bol).

Deuxième étape: Faîtes préchauffer votre four à 190°. Pesez 200 grammes de beurre (salé pour moi) et 200 grammes de chocolat noir. Faîtes les fondre au micro-ondes ensemble, par petites touches (50 secondes par 50 secondes par exemple, en remuant à chaque fois).

C’est prêt? Ajoutez 200 g de sucre et laissez refroidir. Trish (je fais souvent ses desserts, considérons que nous sommes désormais assez intimes pour nous appeler par nos prénoms) prévoit 250 grammes mais à moins d’être un drogué hyperglycémique qui siffle le sucre directement au paquet, je trouve ça un peu too much…

Troisième étape: Il est temps de prendre une pause. Un petit café sera le bienvenu. Cinq minutes, et puis il est temps d’ajouter 5 oeufs à votre préparation, en mélangeant bien entre chaque à la cuillère en bois. Incorporez ensuite une cuillère à soupe de farine tamisée, légèrement bombée. Et hop au four, 22 minutes. Il doit être tremblotant comme une joue molle au milieu (faire des comparaisons désastreuses est le meilleur moyen de vous éviter d’y toucher à ce stade).

Les puristes le démouleront aussitôt, pour le réserver. Les sauvages et leur famille le dégusteront directement dans le plat, à la petite cuillère…
Dans tous les cas, patientez! Vous verrez, vous me remercierez…

-Lexie Swing-

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s