Douce France qui a perdu son insouciance

Il y a un mois, je publiais sur le site internet de mon travail un article volontairement sarcastique sur les choses à savoir avant de proposer un rendez-vous à une secrétaire. Au programme : mise en avant des petits détails maniaques et autodérision. Mes lectrices québécoises, adjointes et secrétaires en tête de peloton, ont adoré, argumentant que c’était « tout à fait elles », « que ça allait bien faire rire leur mari », qu’elles allaient envoyer cet article « à tous leurs contacts pour qu’ils sachent à quoi s’en tenir ».

Hier, nous avons repris l’article pour le publier sur l’un de nos sites français. Les termes qui sont le plus revenus dans les commentaires? « Affligeant », « misogyne », « idiot », j’en passe et des meilleurs. Je ne le prends pas personnellement car ce n’est pas la première fois que le phénomène se produit. Dès que nous publions un article qui nécessite un bon sens d’autodérision ou qui se veut humoristique, les Québécois applaudissent pendant que les Français crient au scandale.

French flag./ Photo Luc Legay
French flag./ Photo Luc Legay

Pourquoi? Lorsque j’ai soufflé ma colère sur mon Facebook privé, une amie parisienne m’a rappelé le cynisme latent, la mauvaise humeur palpable, les broyeurs de noir qu’elle côtoie au quotidien. Elle m’a surtout rappelé, avec toute l’honnêteté possible, qu’elle-même était comme ça.

Mais moins que le cynisme, que j’apprécie lorsqu’il est bien manié, je déplore les réflexions des bien-pensants. Sur Internet, ils sont partout. Avez-vous déjà regardé les commentaires d’articles de Rue89? La première moitié critique le travail du journaliste, quand les seconds se déchirent sur le fond. Ils se taclent les uns les autres, égratinant au passage l’auteur, revenant sans cesse argumenter, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, comme s’il n’y avait que cette vie désespérément virtuelle qui comptait.

Je suis partie aussi pour ça, parce que j’avais besoin d’une espèce de joie de vivre enveloppante, fusse-t-elle culturelle ou superficielle. Depuis que je suis ici, j’ai connu des hauts, des bas, des obstacles, mais je n’ai jamais connu la morosité. J’ai réussi chaque matin à croiser des visages souriants, et même le soir, même avec la fatigue qui pèse sur les épaules, j’ai vu des yeux qui brillaient, j’ai entendu des voix qui s’animaient, j’ai admiré de la politesse, j’ai intégré de la bonne humeur. Et ça m’a porté.

– Lexie Swing-

Catégories Société

10 réflexions sur « Douce France qui a perdu son insouciance »

  1. Je ne supporte plus de lire la presse française à cause ça! Ça fait deux jours que je hésites à publier un billet sur les commentaires des français à propos des inondations ici. En gros, c’est bien fait pour eux, les horribles anglais. Ce qui me choque, ce n’est même plus la mauvaise humeur des français, à ce niveau, c’est de la méchanceté!

  2. Et bien voilà, ton article m’a donne le courage de publier mon coup de gueule aussi! Merci.

    1. J’ai lu ton article et j’ai trouvé ça assez fou pour le coup! C’est comme enfoncé la tête sous l’eau à quelqu’un qui se débat!

  3. Je suis vraiment énervée par les commentaires, sur tous les sites de news français, tu trouves des petits malins qui comme ça. C’est une minorité d’imbécile, mais quand même!

  4. C’est le problème de la sphère virtuelle, j’ai le sentiment que c’est un gouffre de frustrés qui bien cachés derrière leurs écrans crachent leur venin. Peu importe le sujet, peu importe la personne ou le lieu, l’idée c’est de se tirer dans les pattes. Peut-être pour se sentir mieux. En Belgique je pense que la morosité ambiante nous a décidément gagné.

    1. Sur ton blog je trouve qu’on voit peu de ces commentaires (malgré tes fans). La blogosphère serait-elle épargnée par la morosité?

      1. J’ai de la chance d’avoir globalement des gens sympas qui lisent le blog mais Chronique d’une maman débordée, belge aussi (mais pas mal de lecteurs français tu as peut-être raison) a posté hier un statut Facebook pour dire Nan mais ohhh les gens, il faut arrêter de tout critiquer et de s’engueuler sur chacun de mes billets!! Elle a du rappeler qu’on est là pour le plaisir du partage…Fou je trouve!

  5. Je tombe un peu sur ce post, et je me reconnais tellement dans le dernier paragraphe !
    J’espère que tout va bien pour toi !
    Bisous
    Sophie

      1. Je rencontre des gens qui ne passent pas leur temps à se plaindre de leur travail, mais qui en changent carrément (même si ça peut prendre du temps). Je rencontre aussi des célibataires optimistes. Et je rencontre de manière générale des gens polis et souriants. Je ne dis pas que tout le monde est comme ça, mais ça change la vie d’être entouré de gens positifs!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close