Mon pays d’immigrés

On rit en roumain, on s’énerve en espagnol, on s’émeut en arabe, on ironise en français et on fait des affaires… en anglais. On croise des jeunes qu’on devine asiatiques et l’on s’agace de ne pas reconnaître la spécificité de leur langue, par méconnaissance. On dit bonjour en arabe à la gardienne marocaine et l’on s’excuse d’un sourire de ne pas savoir en dire plus.

Les CV affichent les spécificités, des troisièmes langues venues d’autres contrées. Ici on parle français, anglais et souvent quelque chose de plus. Les familles continuent, avec raison, à chérir ces langues familiales, culturelles, traditionnelles. Garder ses racines pour en faire une force, une compétence supplémentaire.

La diversité nous rend riche. La diversité a rendu le Canada riche.

Nous la vivons au quotidien. Au travail, à l’épicerie, à la garderie. Beaucoup d’immigration. Juste pas toujours la même génération. Nous sommes l’immigration récente. La fille de notre première gardienne, Roumaine, a le même âge que moi. Mais c’est ici qu’elle a grandi. Les arrières-grands-parents de la blonde d’un ami, une Irlandaise, sont arrivés il y a fort longtemps et ont fait du Canada leur patrie.

Notre terreau c’est le monde mais les nouvelles racines font leur chemin dans cette terre-ci. On a transplanté nos semis dans ce pays qu’on a choisi. Et l’on ne tergiverse pas avec quelqu’un sur l’origine de son nom ou la couleur de sa peau. Car dans cette société là, celle qui se construit, nous sommes égaux. Il est mon coiffeur, elle est ma banquière, il est mon agent immobilier, elle est la caissière de mon épicerie, ils sont les amis de mes filles et de futures personnes indispensables au Québec de demain.

Cette diversité-là est physique, elle est de langue, elle est d’origine, elle est de religion, elle est de nuances de peau. Elle est visuelle, palpable, chantante. Elle est gourmande, tellement gourmande, quand elle se traduit par un potluck entre collègues et que chacun apporte un plat qu’il maîtrise. Elle est de mémoire, elle est un puzzle d’histoires, lorsque des événements surgissent, qui nous poussent à remonter le fil du temps et à comprendre le quotidien d’alors, au-delà de ce que nous ont appris nos livres d’histoire. Elle est de curiosité. Apprivoiser les habitudes des autres, plisser le nez devant des odeurs inconnues et s’amuser que tout le monde – ou presque – aime le pain.

Elle est nécessaire. Elle apporte tellement, en termes d’ouverture au monde, et de confrontation. Savoir qu’il n’existe pas une universalité mais un champ infini de possibilités.

Elle est secondaire, quand l’intérêt commun prime. Quand il faut venir en aide, quand il faut s’indigner, et quand il faut se réjouir.

Hier j’ai vu une jeune entrepreneure faire la promotion de ses nouvelles robes d’intérieur. L’une des photos principales met en scène deux magnifiques femmes. L’une blonde, aux cheveux longs et bouclés rejetés en arrière, la seconde aux yeux brillants superbes, avec un voile noué sur les cheveux. Les deux regardaient au loin, dans la même direction. Ça m’a émue, joyeusement émue, parce que c’est ça, c’est ce genre de monde auquel je crois. Une cohésion, un esprit d’équipe, une richesse faite de diversité et d’individus avec leur propre histoire, leur propre voix et leur propre visage.

On ne gagne rien à rester dans un entre-nous, mais l’on a tout à gagner à s’ouvrir au reste du monde, qui a tant à offrir.

-Lexie Swing-

16 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Tout pateil, j’aime beaucoup la diversite qu’on trouve ici et avoir la chance de rencontrer des gens qui viennent du monde entier. Dommage que cet ideal se soit perdu en route en Europe :/

    1. lexieswing dit :

      Et pourtant c’est vraiment un territoire riche l’Europe

      1. Oui, c’est ca qui m’atriste! L’Europe a tellement de richesse, d’histoire et de potentiel. Et au lieu d’exploiter ca on choisit de se renfermer chacun dans son coin… alors que l’histoire justement a bien montre que ca ne presage rien de bon… Le cas des U-S demontre le contraire, mais j’ai toujours pense que dans un pays « neuf » comme le Canada, chacun vient avec ses bagages et un desir de renouveau, ce qui facilite l’ouverture vers l’autre

    2. lexieswing dit :

      Combien d’heures de différence avons nous ?

      1. 2h de moins ici par rapport au Quebec :)

  2. Oh que oui! Et c’est vraiment agréable de constater au fil des jours que cette diversité ne pose PAS de problème. Alors certes, on peut citer quelques affaires trop médiatisées et quelques crétins de tous bords, mais dans l’ensemble, ça se passe bien.

    1. lexieswing dit :

      Oui il y a des crétins mais finalement dans l’ensemble on ne stigmatise pas trop les gens en fonction de leur origine je trouve.

  3. lanabc dit :

    Si tu savais à quel point j’envie ton pays d’immigrés en ce moment. j’aimerais tellement que ce soit pareil ici en France… L’ambiance est assez terrible en ce moment.

    1. lexieswing dit :

      Ça se ressent de quelle façon ?

      1. lanabc dit :

        Comme tu dois savoir, le fn est au deuxième tour. En 2002, il y a eu un front républicain. Cette fois ci, pas mal de personne préfère ne pas aller voter ou voter blanc plutôt que de faire barrage. Et les personnes qui comme moi disent, ok le projet de Macron n’est peut-être pas celui que vous avez choisi au 1er tour mais il faut faire barrage. Eh bien, on se fait incendier, laminer directement. Finalement, c’est cautionner la haine de l’autre et les gens haineux n’hésite plus à le crier haut et fort, un peu comme ce qui se passe aux USA. Je suis à 100% d’accord avec tes propos les différences enrichissent un pays.

      2. lexieswing dit :

        Ce qui m’impressionne le plus, c’est la façon dont le discours du FN est désormais banalisé, ainsi que sa place! Avant on était scandalisé par la présence du FN au 2ème tour, mais aujourd’hui on aurait été étonné qu’il n’y soit pas. C’était plutôt un « on se demande qui il y aura face au FN »…

  4. cledsol dit :

    Merci pour ton article, ça me fait du bien :-)
    Quand je pense à ce qui se prépare en France, et tous ces gens qui ne savent pas pour qui aller voter, pour moi le choix reste évident pour cette simple raison.
    Ca peut paraître ridicule, mais ça me donne envie de pleurer de voir ce qui se passe!

    Bonne journée à toi :-)

    1. lexieswing dit :

      J’appréhende beaucoup l’issue du second tour …

  5. On vit dans un drôle de monde, vraiment…
    Il y a quelques jours, pour Pâques, on a eu la visite de deux membres de ma belle-famille. Un couple. On a parlé de tout et de rien, et évidemment, de politique. Ce qui n’était au départ qu’une simple discussion s’est enflammée, je me suis retrouvée face à un abruti qui a fait le salut nazi dans mon jardin…Quand je lui ai dit que je ne voulais pas de ça chez moi, il m’a insultée, copieusement, devant ma fille de deux ans.
    À la base, je ne suis ni pour quelqu’un, ni contre quelqu’un d’autre. Je suis plutôt positive et ouverte d’esprit.
    Mais là, j’ai eu peur. Pas juste qu’il m’en colle une, j’ai eu peur de ce qu’il pouvait être capable de faire, de dire, de transmettre comme message, lui qui est venu déverser sa haine chez moi, sans que je lui demande quoi que ce soit.
    Alors quand je vois ce qui se passe, je ne suis pas rassurée non plus pour nous, mais surtout pour le Monde qu’on va laisser à nos enfants…

    1. lexieswing dit :

      C’est fou comme les choses peuvent dégénérer dès que l’on parle de politique… Et pourtant la plupart des gens n’évoquent le sujet que tous les 5 ans !

      1. Oui vraiment Ca fait peur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s