Pratiquer le yoga maman-bébé

Yoga avec bébé./ Photo Aktiv I Oslo.no

Yoga avec bébé./ Photo Aktiv I Oslo.no

Au Québec, le duo congé maternité-congé parental est une institution. Et une institution longue durée! Près d’un an pour celles qui choisissent le congé à son plus long terme. Et durant cette année, il faut bien s’occuper! Les associations sportives l’ont bien compris, elles sont donc nombreuses désormais à proposer des activités maman-bébé. Causeries, café mais aussi sport et relaxation. Parmi elles, le yoga. Un doux combiné!

Le mot d’ordre est la liberté : le bébé a faim, on le nourrit. Il dort? On le laisse à ses rêves. Il est réveillé? On l’implique dans les exercices. A plat dos entre nos mains pendant la position du chien. Bien droit entre nos bras tandis que l’on cherche son équilibre debout sur un pied. En bascule sur nos tibias pendant que l’on pratique quelques abdominaux. Le café qui organise les cours a également prévu un équipement de choix : balancelle et tapis de jeux pour tous les petits yogi.

J’ai été vite épatée de la réceptivité de la petite mandarine. Elle n’a jamais manqué un seul cours au profit d’un sommeil pourtant bien mérité. Chaque mercredi, à 10 heures tapantes, elle est d’attaque, prête à battre des mains et à pousser ces cris propres à ceux qui se découvrent une voix pour la première fois. Elle rit quand je l’embrasse à chaque contraction de mes abdominaux, m’arrache les cheveux lorsque je prends la position du chien et me bave abondamment dessus en toute situation.

Les Fêtes se profilant, la session touche à sa fin. Mais j’ai déjà ressorti mon tapis, à la grande joie de ma grande fille qui l’accapare pour inventer de nouvelles postures consistant à se mettre les pieds sur la tête. Une position que mon grand âge m’empêche d’imiter. Mais il est certain que je continuerai à pratiquer.

Et vous, avez-vous participé à des activités maman-bébé?

-Lexie Swing-

 

 

Les fesses de cette fille

J’ai passé une heure et quart à mater les fesses d’une fille. Et maintenant j’ai mal aux jambes. Ça fait un peu vieux pervers, dis comme ça!

Elle était comme montée sur ressort, les jambes fuselées et gainées de noir. Sa queue de cheval tressautait au rythme de ses pas.

J’ai passé une heure et quart à mater les fesses de cette fille. Au début, j’étais envieuse. Un déhanché parfait, une vibration digne des meilleurs cabarets. Un coup à droite, un coup à gauche, ses fesses sautillent et marquent la mesure.

Des fesses au départ de la grande course en talons./ Photo Raphael Labbé

Des fesses au départ de la grande course en talons./ Photo Raphael Labbé

Au bout de dix minutes, j’étais en colère. Pourquoi mes propres fesses n’arrivaient-elles pas à suivre le même chemin? Lorsque les siennes partaient à droite, les miennes en perdaient leur latin, ne sachant plus si j’avais dit bleu ou noir ou si la dentelle était à la mode cette année. A leur contact, la samba ressemblait à du twist improvisé par un comptable alcoolisé.

Au bout de 30 minutes, j’étais lassée. Ses fesses frétillaient toujours, insolentes d’énergie. Les miennes ont rencontré le sol, pour mieux l’épouser. Les siennes continueront leur vie, lorgnées par des centaines de filles après moi. Les miennes vont se rasseoir sagement, sur un vélo, un cheval ou même un canapé.

J’ai passé une heure et quart à mater les fesses d’une fille. Et maintenant j’ai mal aux jambes. Les cours de remise en forme, façon danse brésilienne, ce n’est décidément pas pour moi.

Et vous, votre déhanché?

-Lexie Swing-

Invincibles rugbymen français

Samedi soir, les Bleus du rugby battaient les Pumas lors des matchs de la tournée d’automne. 39 à 22, une véritable leçon donnée aux rugbymen argentins par une équipe de France particulièrement solide. Une semaine plus tôt, l’équipe composée par le sélectionneur Philippe Saint-André laissait pourtant dubitative. Mais ça, c’était avant (je regarde trop la télé). Avant que les Bleus remportent, façon promenade de santé, un superbe match contre les Australiens le 10 novembre. Le score: 33 à 6. Quand on connaît le niveau historique de ces insulaires en matière rugbystique, ce n’est plus une victoire, c’est un hommage aux Dieux (du stade). (Non, pas ceux qui sont tout nus sur les calendriers). (Quoique…). Le problème avec les sportifs français, c’est qu’ils sont inconstants. On festoie après une victoire à l’arrachée pour finalement repartir tête basse dès la partie suivante. C’est assez agaçant. Ça explique cependant l’engouement suscité par les handballeurs français, rois presque incontestés en Europe et même au niveau mondial, de la moyenne balle ronde. Mais bref, il semblerait que cette nouvelle équipe de France de rugby soit de cette trempe là. Ou qu’elle ait décidée, comme le soulignait le site du Point après la victoire de samedi, de « ne pas être Français ». Les probabilités n’allaient pourtant pas dans le sens des Bleus, les Pumas ayant jusqu’ici remporté huit de leurs douze rencontres.

Brice Dulin incertain pour le match contre les Samoa

Brice Dulin incertain pour le match contre les Samoa./ Photo DR Pierre-Selim (http://www.flickr.com/photos/pierre-selim/)

A bord du bateau Saint-André, une charnière Michalak-Machenaud (essayez de le dire plusieurs fois, c’est un excellent exercice de diction) qui fait redécouvrir l’ex-Toulousain Frédéric Michalak au public français. Le rugbyman a ainsi pu redorer son blason en apportant la corde manquante à son jeu originel: le sens du collectif. Excellent travail de défense mais surtout un jeu au pied quasi parfait (9 sur 10) qu’on ne lui connaissait plus, voilà qui laisse augurer le meilleur pour la suite. A ne pas oublier: Florian Fritz, qui assure les coups de pied longue distance avec sa force légendaire. Autre joueur particulièrement marquant, Brice Dulin n’a, pour sa part, pas failli à sa jeune réputation. A 22 ans, l’Agenais, actuellement titulaire au Castres olympique, a fait son entrée au poste d’arrière dans l’équipe de France. Blessé au muscle fessier (plus classe que l’expression « à la fesse » comme j’allais initialement l’écrire) et à la cuisse, la participation de ce dernier reste incertaine face aux Samoa, ainsi qu’annoncé aujourd’hui en conférence de presse. Il serait alors remplacé par Benjamin Fall (Racing Métro 92), qui avait d’ailleurs rejoint l’équipe de France pour la première fois à l’automne 2009 pour un match contre les Samoa.

Pour la suite des événements et, on l’espère, des victoires, rendez-vous samedi lors d’un match qui s’annonce épique après l’éclatante victoire des Samoans la semaine dernière, tombeurs du Pays de Galles.

-Lexie Swing-