6 heures de moins (bonheur inside)

A vol d'oiseau (un gros oiseau)./ Photo Juanedc
A vol d’oiseau (un gros oiseau)./ Photo Juanedc

Ici, au Canada, c’est comme en France, mais avec 6 heures de moins (là je vous sens impressionnés par la révélation ;))

C’est rien le jet-lag. Un truc qu’on prend en considération au retour des vacances, quand bébé se la joue diva sans ses douze heures de sommeil ou quand on va en Océanie. C’est banal quoi.

Mais ça ne cesse de m’enchanter. Je trouve des tas de bonnes choses à ces six heures de moins. Par exemple…

– Lorsque je me couche, mes amis se lèvent. Je m’endors en imaginant les autres s’activer, se plonger dans leur boulot et les cris des enfants, et j’apprécie encore plus d’être dans mon lit, comme lorsqu’on est malade les jours d’école ou que l’on fait la sieste en plein été tandis que les enfants s’époumonent dehors.

– Lorsqu’en Europe le dimanche se termine, il fait encore jour chez moi. Je lance des « bonne soirée » tout en me demandant ce que je vais bien pouvoir faire de mon après-midi.

– Il y a toujours une copine avec qui discuter en pleine insomnie. Elle est en train de prendre son petit-déjeuner, elle vient d’arriver au boulot, elle gave sa petite dernière… bref elle est toute prête à entendre mes jérémiades à base de “je fais l’étoile dans le lit, mon oreiller est moelleux, ma couette douce mais je n’arrive pas à dormiiiir”.

– J’ai 6h de rab pour fêter les anniversaires. Hier, je commençais invariablement mes textos d’anniversaire par “je suis en retard certes mais j’aurais le privilège d’être la dernière à te le souhaiter, être le premier c’est tellement quétaine”, aujourd’hui je dis plutôt, “hé hé tu sais que c’est encore ton anniversaire au Canada? Et même qu’on dit Bonne fêêêête ici… t’es dépaysé hein? Quoi, tu dors?”

– J’ai gagné 6h de vie. Pas question que je reparte, j’aurais peur de tomber en poussières d’un coup comme une momie qu’on déroule.

– J’écris des courriels et des textos le soir, et quand je me lève le matin j’ai des tas de messages. Des doux, des réacs, des partages d’articles, des petits mots gentils et des photos. Mon fil Facebook est plein de nouvelles, mon cellulaire s’est autosabordé à Whatsapper tout seul toute la nuit et ma boite à courriels m’annonce 10 nouveaux messages. Je me lève en forme, déjà connectée mais légère comme quelqu’un qui se sent porter par les paroles d’autrui. Géographiquement loin, mais tellement proches.

-Lexie Swing-

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. pomdepin dit :

    Même une heure, je trouve ça sympa, alors j’imagine ton bonheur avec 6 heures de décalage!

  2. Jenzinha dit :

    Lol j’ai l’impression de lire un des articles que j’avais fait quand j’étais au Brésil !

    1. lexieswing dit :

      Il faudrait que je me plonge dedans, ça doit être intense la vie là bas!

      1. Jenzinha dit :

        En effet, ça l’était ! Ca l’est un peu moins aujourd’hui au Portugal…. (mon coeur est clairement resté outre atlantique!!!)

  3. matthias dit :

    Des cris d’enfants le matin ? non non je connais pas … rhhhhh

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s