Premier trimestre de grossesse : France VS Canada

France VS Canada./ Photo Mohamed Kharbouch

France VS Canada./ Photo Mohamed Kharbouch

J’ai passé l’épreuve du premier trimestre. Les nausées (pas trop), la fatigue (beaucoup), la sciatique (omniprésente, chez moi c’est un symptôme de grossesse, c’est dire!). C’est mon deuxième bébé. Il sera tamponné Canadien à la naissance (non pas sur son front) quand sa soeur navigue encore avec un passeport uniquement français (désolée chérie).

Quand j’attendais ma fille je me demandais souvent quelles étaient les différences dans le suivi de grossesse entre le Canada et la France. Je n’étais pas la seule à me poser la question puisque les mots-clés « différences France-Canada suivi de grossesse » m’ont menée à bien des forums. Eurêka! Aujourd’hui je sais. J’ai la réponse, ou du moins un ressenti. Voici mes premiers trimestres de grossesse, en dates.

France

3 sa (semaines d’aménorrhée, le mot que je ne sais jamais écrire) : le test est positif! Je cours faire un test sanguin au laboratoire que je paies de ma poche, je demanderai une ordonnance par la suite à mon médecin pour me faire rembourser. J’ai le résultat le soir même.

3 sa +1 jour : j’appelle ma gynéco, elle me propose un rendez-vous autour de 8 sa pour une échographie de datation et un premier bilan sanguin.

8 sa : on voit un petit coeur clignoter pour la première fois et c’est très émouvant. La gynéco nous fait l’ordonnance pour un premier bilan sanguin complet, incluant la toxoplasmose. Je devrais faire ce dernier test tous les mois jusqu’à l’accouchement. Celui-ci est estimé autour du 21 février, soit à 41 sa.

12 sa : on revoit la gynéco. Notre bébé est un nageur de compétition! La clarté nucale est mesurée afin de déterminer les risques de trisomie. On nous propose le test sanguin qui va avec, que l’on accepte. « Si je ne vous appelle pas dans dix jours c’est que tout va bien », m’assure-t-elle. Je lui demanderais bien si des fois ils oublient d’appeler mais elle est déjà passée à la suite. Elle remplit les papiers de la déclaration de grossesse, à envoyer aux organismes concernés avant la 14e semaine.

12 sa+1 : je contacte la maternité que nous avons choisie pour nous inscrire pour l’accouchement comme ils le demandent. Ouf, il reste des places, ce n’est pas toujours le cas! Ils feront le suivi à partir du 7e mois, ainsi que l’écho morphologique à 22 sa. Le bébé est bien arrimé, la grossesse est en route!

Canada

3 sa : le test est positif! J’en fais un second quelques jours plus tard. Pas de test sanguin possible pour vérifier le taux. Je fais trois clearblue supplémentaires, de semaine en semaine pour vérifier que mon 1-2 semaines passe à 2-3, puis à 3+. Ici, pas d’inscription à la maternité, c’est en fonction du médecin qui va faire le suivi de grossesse. Je choisis un centre de périnatalité proche de chez moi. J’appelle. RDV à… 11 sa.

4 sa : je suis en France, et si j’allais faire une prise de sang? Je me raisonne.

5 sa : du foie gras ? Je peux manger du foie gras déjà? J’appelle les copines : « Non mais t’es folle ou quoi? »

6 sa : je passe un message angoissé à mon médecin de famille : « Dis, c’est normal que le premier rdv soit si tard? ». « Oui, prends tes vitamines, tout va bien se passer », me répond-elle, laconique.

8 sa : mon centre de suivi organise une rencontre pour parler de ce qui va se passer et découvrir les lieux. Le moment est chouette, je découvre d’autres femmes dont les termes sont proches du mien, on parle des différentes étapes et de ce que le centre propose. C’est agréable d’entendre verbaliser enfin sa grossesse, même si ce n’est pas à titre personnel.

9 sa : je me demande pour la 32e fois si son coeur bat encore.

11 sa : RDV, écrit dans l’agenda en Verdana police 42. Mr Swing et moi avons réservé une heure de notre matinée à ce premier rendez-vous qu’on dit long. On passe au crible les antécédents, les maladies, la première grossesse (ah bon c’est votre deuxième grossesse? Et oui, j’ai toujours autant l’air d’avoir 16 ans), les éventuelles difficultés. Le terme est estimé à fin août, à 40 sa. C’est une semaine de moins qu’en France. On passe ensuite à l’écoute du coeur. On retient son souffle, le médecin a prévenu avant : « parfois même à ce terme on n’entend rien ». Notre petit pois tord le nez à son parfois : elle tombe pile poil dessus dès la première seconde et le coeur qui bat la chamade résonne dans l’appareil. Nous sommes encore tout sourire lorsqu’elle nous explique les différentes options pour la trisomie : test sanguin en hôpital remboursé par la RAMQ, test sanguin en hôpital et écho en clinique privée à la charge du participant, euh du parent, les deux tests en clinique privée. On choisit la troisième option car notre assurance privée prend en charge une partie et l’on repart l’ordonnance en main.

12 sa : en passant par Ovo, qui est aussi une clinique de fertilité, nous avons pu avoir un rdv rapidement. Direction l’écho. Le bébé est là, allongé, sage, parfait. L’échographiste mesure dans tous les sens, nous évoque une clarté nucale très bonne et estime même le sexe (non non je ne dirais rien, même sous la torture) (ok combien vous me donnez?? :)) Je passe dans la salle suivante pour la prise de sang. Comme il s’agit d’une clinique privée, le package est complet : estimation des risques pour la trisomie 18, mais aussi 21 et 13, ainsi que pour la spina bifida. « Je vous appelle dans quelques jours », me certifie l’infirmière.

12 sa +3 : le téléphone sonne, l’infirmière prend son temps, pour finalement m’annoncer que le risque est minime, « le plus bas du plus bas » souligne-t-elle. Nous voilà bien engagés pour le deuxième trimestre :)

Alors, au final? Et bien, sur le papier, c’est évident, notre suivi en France a été bien plus important sur le premier trimestre. Ceci dit, il est important de souligner que ce n’est pas le cas de tout le monde. Certaines de mes amies n’ont pas eu d’écho de datation. D’autres copines au Canada ont eu une écho avant les 12 sa pour vérifier que tout allait bien ou pour dater la grossesse. Je suis cependant soulagée d’avoir eu une première grossesse en France, grâce à laquelle je connais les risques potentiels : huiles essentielles, viande pas cuite, légumes mal lavés, etc, car si, au Canada, dès la première visite à l’hôpital vers 13-14 sa, on vous fournit un guide très très complet avec toutes les infos qu’il faut, on est complètement démunis en attendant. Quant à celles qui pourraient subir une fausse couche les premières semaines, quel est le suivi médical et psychologique lorsqu’aucun rdv n’est prévu ?

Et vous qui avez connu les deux ou seulement l’un  des deux, comment avez-vous trouvé le suivi au premier trimestre? Et dans les autres pays, est-ce plus light que la France, plus complet encore? J’attends vos comparaisons!!

-Lexie Swing-

Publicités

22 réflexions sur “Premier trimestre de grossesse : France VS Canada

  1. ifeelblue dit :

    c’est intéressant de te lire parce que moi, je ne connais que le suivi ici, au Canada et encore ça diffère de ce dont tu parles vu qu’on est pas dans la même province ;)

    comme pour toi, pas de prise de sang pour confirmer la grossesse mais une écho de datation.

    Pour ma part, pas le choix entre différents hôpitaux ou cliniques, vu que je suis en cambrousse ^^ Donc j’ai appelé, on m’a donné rdv genre 2 semaines plus tard et c’est là que j’ai appris que j’étais enceinte de 8 semaines (je parle en SG et pas SA). Premier rdv à la OBS clinic à 12 semaines, où on nous a remis des bouquins avec plein plein plein d’infos, on a longuement discuté avec l’infirmière, on a refait une écho. En fait, jusqu’au 3e trimestre, c’est 1 rdv par mois, puis 1 rdv toutes les 2 semaines et 1 rdv par semaine le 9e mois. À chaque fois, on voit d’abord l’infirmière puis le médecin. Analyse d’urine à chaque visite, prise de tension, contrôle du poids et écoute du rythme cardiaque du fœtus.

    Pour la trisomie, ici on a pas eu le choix (enfin, on a juste eu le choix de faire le test ou non): 2 prises de sang à des moments précis. Et sinon on a eu une écho vers 18/20 semaines pour vérifier que tout allait bien (ça a duré plus d’une heure, le temps de prendre toutes les mesures).

    BREF, je trouve que le suivi est très bon ici, j’ai été très agréablement surprise :)

    Ah et sinon, dernière précision, on avait le choix entre un suivi à la OBS clinic ou un suivi avec des sages-femmes.

    Je conclus ici mon pavé :D

    • lexieswing dit :

      Donc toi tu as fait une écho de datation, c’est encore différent en effet. Je me demande si ce n’est pas dû aussi à la structure que tu choisis pour ton suivi. Moi je suis suivie par un centre dans lequel officient des médecins de famille accoucheurs, pas de matériel d’écho sous la main donc la question ne se pose pas. En France, si j’avais continué le suivi avec ma gyneco on aurait sans doute eu une écho chaque mois mais j’ai choisi de continuer avec une sage femme donc on a fait que les trois échos habituelles en France :)
      Les deux prises de sang de la trisomie c’est en effet ce qui était proposé si on l’avait fait à l’hôpital.
      Sinon le suivi est le même au Québec : une fois par mois, une fois aux deux-trois semaines puis une fois par semaine :)
      Es tu loin de ta clinique?

      • ifeelblue dit :

        30 km ;)

        La clinique est en fait dans un hôpital (et ce n’est pas vraiment une « clinique » mais plutôt un « service », dans l’hosto) donc c’est sur que pour les écho, c’est très simple vu qu’il suffit d’aller au rez-de-chaussée, au service de l’imagerie médicale. Par contre ici ils n’ont pas le droit de dire le sexe du bébé.

        Et c’est comme toi sinon, ce sont des médecins généralistes en fait (ils font un roulement, le but est que je les rencontre tous pour que je voie au moins une fois celui qui sera là à l’accouchement). Il y a une équipe de gynéco pour les grossesses à risque.

  2. Marianne dit :

    Je n’ai pas à me plaindre de mon suivi en France. J’ai eu écho de datation puis les 3 échos obligatoires pour numéro 1 et on est sur la même voie pour numéro 2.
    Premier rdv sage femme vers 6 sa puis tous les mois. J’ai le temps d’échanger longuement avec elle pendant les rdv et elle est même dispo par texto.
    Royal pour les angoissées !

  3. Delph dit :

    Perso j’ai choisi l’hôpital où je voulais accoucher et ensuite un médecin en fonction de ça car no way que j’accouche à Charles Lemoyne! Ayant eu des amies qui sont passées par une maison de naissance et un accouchement totalement naturel, ça m’a fait réfléchir sur ce que je souhaitais avant de tomber enceinte et j’ai beaucoup aimé avoir un suivi qui ne soit pas trop médicalisé. En France, j’ai l’impression qu’on traite la grossesse comme une maladie alors que dans la majorité des cas les femmes n’auront pas besoin de tout ça (une prise de sang pour confirmer ce qu’on sait déjà?!) mais en même temps, s’il y a le moindre doute les médecins réagissent ici aussi. Pour le coup, j’ai passé beaucoup trop d’échographies à mon goût sur la fin parce que ma hauteur utérine était basse alors que c’était tout simplement parce que je portais des crevettes!
    Bref, tu te feras ton idée au final et selon ce que tu attends de cette grossesse.

  4. Zhu dit :

    J’ai seulement mon expérience du Canada et je n’ai qu’une amie française qui a un enfant. Pas facile de comparer avec l’expérience de ma mère qui date des années 1980 et 1990.

    D’une manière général, j’ai trouvé :

    – Le suivi « light » mais beaucoup de culpabilisation (interdits alimentaires ou autres, impression d’être un incubateur sur pattes, etc.)
    – Génial de ne rien avoir à débourser pour le suivi (écho, RDV, etc.). Je venais de quitter mon boulot pour me mettre à la pige quand j’ai appris que j’étais enceinte, j’ai pas mal flippé… je remercie le système de santé canadien, dans un système genre USA j’aurais été dans la merde.
    – Des obsessions bizarres, genre les vitamines génériques (les miennes me rendaient malade, je mangeais vraiment équilibré, j’ai fait sans).
    – Des médecins qui te REGARDENT sans t’ausculter. Putain, j’ai limite du supplier la gynéco de m’examiner après la naissance. Je suis désolée mais les « private parts » sont un peu à l’intérieur chez les femmes hein…

    Je sais que c’est en anglais et tout, mais j’ai pas mal écrit sur mon expérience pendant la grossesse : http://correresmidestino.com/category/mark/nine-months-mark/

    (As-tu fait ça déjà? http://correresmidestino.com/glucose-test/)

    (Désolée pour les liens, c’est pas pour me faire de la pub, vire-les après!)

    Bon, ceci dit, j’ai pas super bien vécu ma grossesse (l’idée du bébé OUI! C’est juste être enceinte que je n’aimais pas)

    • lexieswing dit :

      Je compte bien garder les liens, c’est intéressant de pouvoir comparer plusieurs expériences! Je n’ai pas encore fait le test du glucose, ce sera autour du 6e mois pour moi. Je l’ai fait la premiere fois déjà et ce fut un réel plaisir lol!Je vais aller lire ton témoignage dès maintenant :)) (et comment ça « c’est en anglais », je lis tous tes posts nanmaiho! ;))

      • Zhu dit :

        Je sais bien que tu lis l’english! Mais je suis pas mal de blog français où on me dit souvent « j’t’aime bien hein, mais en anglais, oh lala… pas que ça à faire, j’ai piscine et pas de dico sous la main… » :lol:

  5. Natacha dit :

    Pour avoir fait une Fausse Couche en France et mener une grossesse en France je peux te dire que le suivi n’est pas tout à fait le même même en étant au même endroit pour les deux ;)
    Tout dépend des choix que l’on fait, car pour ma grossesse actuelle (post FC) j’ai pris bien plus de dispositions et j’ai donc un suivi bien plus intense. Ceci dit je sais pas comment ça se passe au Canada, mais perso pour ma FC j’ai aussi été très bien suivie aux urgences de l’hôpital proche de chez moi (explications, encadrement, rdv réguliers pour voir l’évolution et si ça se « résorbait » bien comme il faut, arrêts de travail etc.).

    Perso après en terme de suivi de grossesse, je n’ai pas eu d’écho de datation tout a été fait lors de la 1ere échos ! Je n’ai eu aucun RDV avant mi-novembre (pour un positif mi septembre) donc bien le temps de flipouiller aussi ;) D’ailleurs pour une erreur bête, j’ai eu droit a mon premier RDV de suivi avant l’écho (normalement ils font l’inverse) donc ne sachant pas si bébé allait bien ou non on a eu un petit coup de sonde pour entendre si le coeur battait bien ou non, ce que normalement ils ne font pas (la SF n’était même pas certaine que sa sonde serait assez puissante pour qu’on entende quoi que ce soit à ce stade de ma grossesse ^^).

    A coté de ça je connais des filles qui ont une écho chaque mois, voire toutes les 3 semaines, c’est vraiment variable en fait :)

    • lexieswing dit :

      Oui C’est vraiment variable tu as raison. Ici il y a une politique officieuse de « pas de rdv avant 11 sa sauf problème pour ne pas surcharger les centres de suivi avec des foetus pas viables ». Un médecin me l’a dit, et je l’ai lu dans plusieurs autres articles concernant le suivi. Je comprends la raison financière mais je trouve que l’aspect humain n’est pas vraiment pris en compte… Dans quelle structure as tu été suivie ? Par un gynecologue obstétricien?

  6. linethduquebec dit :

    Quelle joie de rencontrer une compatriote expatriée et enceinte tout comme moi !
    Mon suivi au Québec est comme le tiens, j’ai juste eu la chance d’avoir un premier rendez vous plus tôt à cause de mon travail ( je devais être arrêtée) et j’ai eu droit à une écho de datation à 8 semaines. ( elle a du avoir pitié de mes angoisses)
    Je vais suivre tes aventures !
    Bonne grossesse.

      • linethduquebec dit :

        En France j’étais enseignante dans le primaire. Je pensais pouvoir poursuivre ici, mais c’est ma grosse déception d’expatriation… Je ne peux pas. Du coup j’ai trouvé du travail en garderie en tant qu éducatrice. Mais ce n’est ni le même métier ni les mêmes conditions…

      • linethduquebec dit :

        Moi ça fera deux ans cet été. Mon chéri ça a fait deux ans en février.
        Je pourrais recommencer mes études oui, mais c’est à dire sacrifier encore du temps et de l’argent sans parler des démarches pour avoir un permis étudiant… J’avais envie d’avancer dans la vie, de construire une famille… Donc le plan sera de retourner en France. Et puis si jamais la Québec nous manque trop il sera toujours temps de chercher une solution pour revenir. Et toi tu as pu trouver du travail dans le domaine que tu souhaitais ?

  7. Alex dit :

    Coucou! Je viens de tomber par hasard sur votre blog… et en lisant votre histoire sur le debut de grossesse je voulais savoir si les tests Clear blue que vous avez utilisé les premieres semaines pour estimer le nombre de SA ont été justes? Les tests sont ils bien passés de 1-2 semaines à 2-3 semaines ou ce n »est pas du tout fiable? Merciiiii en tout cas c est cool de partager votre expèrience

    • lexieswing dit :

      ah ah oui :) À chaque fois les semaines correspondaient. Mais j’imagine que j’ai un taux relativement dans la moyenne. Si ton taux est très haut, peu importe les raisons (j’ai des amies qui avaient des taux tellement hauts que le médecin était certain qu’elles attendaient des jumeaux), ça peut altérer le résultat je pense

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s