Bilingue, le Québec?

Enfant bilingue
Enfant bilingue

« Bonjour, Hi » a longtemps été l’expression qui nous accueillait dans les magasins à Montréal. Il faut dire que nous vivions à NDG, quartier majoritairement anglophone, et que je travaillais (et c’est toujours le cas) proche de la station Peel, le quartier des affaires. L’anglais était donc partout roi, mais les vendeurs et serveurs passaient avec aisance d’une langue à l’autre comme s’ils étaient nés avec les deux depuis toujours.

Pourtant, je me rends compte de plus en plus que cette aisance n’a rien de répandu. Par ma profession, j’ai l’occasion d’échanger avec des personnes travaillant dans l’administration québécoise. Or selon elles, un fossé se crée de plus en plus entre le niveau réel des postulants (qui possèdent souvent un anglais fonctionnel tout au plus) et le niveau de maîtrise d’anglais demandé à Montréal.

Alors quoi? On peut être une petite Française et débarquer en terrain conquis avec sa langue maternelle comme seul bagage ? Que dalle. Je n’en crois pas un mot. La plupart des offres d’emploi requièrent un certain niveau d’anglais. Parfois, celui-ci n’est même pas utilisé, mais c’est « au cas où ». Au cas où l’entreprise ouvrirait des antennes plus à l’Ouest, ou plus au Sud, aux « États » (comme on dit ici). Au cas où le boss serait remplacé par un (une) autre, anglophone cette fois. Au cas où, sur les 10 000 requêtes quotidiennes, il y en aurait une toute petite en anglais dans le texte.

Mais le fait est qu’on se débrouille. Je fais désormais sans problème des entrevues en anglais, même si j’ai toujours un petit chouillas de doute avant de décrocher mon téléphone. Et regarder Netflix (non francophone) est devenu notre lot quotidien. Je suis persuadée aujourd’hui qu’on peut passer sa vie au Québec sans décrocher un mot d’anglais, mais si l’on veut s’y intégrer, c’est le minimum. Ne serait-ce que pour déjouer les traductions parfois douteuses sur les aliments et autres produits du commerce.

Et de votre côté, anglais obligatoire ou non?

-Lexie Swing-

 

 

9 commentaires Ajouter un commentaire

  1. maxetsophie dit :

    Pour moi dans l’IT et les Telecoms, c’est obligatoire l’anglais, mes clients sont présents dans tout le Canada voir aux US donc la langue « officielle » dans les emails pour les clients est l’anglais.
    Autre point, si tu viens à Montréal sans connaitre un mot d’anglais, ne va pas chez le garagiste sous peine de ne rien comprendre à ce qu’il te dira :)

    1. lexieswing dit :

      Le mien est Algérien, je ne suis pas sûre qu’il connaisse l’anglais ;)

  2. chris dit :

    Treize ans au Québec et…oui..l’anglais devient obligatoire. Il est même souvent demander le bilinguisme dans mon domaine et non simplement un anglais usuel….ridicule pour moi je suis dans des chiffres et seulement des chiffres…

    1. lexieswing dit :

      As-tu à traiter des demandes en anglais ou à répondre à des courriels ou tu ne l’utilises vraiment jamais?

  3. renata dit :

    franchement dans ma vie courante je n’utilise pas de tout l’anglais. et au boulot j’utilise l’anglais parce que je travaille avec les autres provinces mais en France je travaillais avec d’autres pays donc c’était pareil! ici toutes les réunions, communication interne etc sont faites en français. Pour moi la différence c’est qu’être bilingue en France est un vrai plus sur ton cv (d’ailleurs c’est pour ça que j’avais décroché mon poste) alors qu’ici c’est juste « normal »!

    1. lexieswing dit :

      On te demandait d’être bilingue lorsque tu as postulé?

      1. renata dit :

        oui il fallait être bilingue vu que je travaille avec les autres provinces.

  4. petiteyaye dit :

    Tout est tellement francophone ici qu’hormis quelques salamalecs, à mon grand damne, je ne parle même pas vraiment de langues locales…

  5. Tu peux survivre à Ottawa en français, c’est à dire faire tes courses, voir un docteur, étudier, etc., car la plupart des résidents ont appris le français à l’école. Pour le travail, ça me paraît dur de trouver un poste unilingue français, sauf dans un environnement 100 % franco (genre Alliance française, association franco, etc.). Dans la vraie vie de tout les jours, on parle anglais, je parle très rarement français en premier même si je sais que les gens peuvent s’exprimer dans les deux langues (ce que j’avais vérifié quand ma mère nous avait rendu visite, en nous entendant parler français entre nous, les gens nous parlait aussi en français).

    Bref, Ottawa est pas mal bilingue mais anglais en premier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s