L’enfant, la dynamite du couple

./ Photo Jukka Kervinen
./ Photo Jukka Kervinen

N’importe qui vous le dira : les enfants détruisent le couple. Ça pourrait représenter un beau ciment, ce rôle de famille toute neuve, mais en vrai, c’est plutôt de la dynamite.

Si vous manquez de sujets d’engueulades, faites des enfants. Les rôles distribués sont bien souvent les mêmes: l’un des parents décide de devenir la mère de tout le monde, son chum ou sa blonde y compris, et de distribuer règles et reproches à tout ceux qui vivent sous son toit. C’est le parent qui gère l’épicerie, les habits et l’agenda scolaire. Ses phrases commencent par « il faudrait » et se termine par un soupir d’exaspération.

En face, on a l’autre, qui ne voit pas vraiment en quoi faire porter des chaussettes roses avec un pantalon rouge pourrait être une déclaration de guerre et se tient généralement devant le frigo aux alentours de 18h, l’enfant accroché à la jambe, en braillant « le p’tit a faim qu’est ce qu’on fait? ». « On le met à la cave et on attend qu’il apprenne à chasser le rat », crie en retour l’autre parent, fatigué de sa journée de boulot et excédé de la constance avec laquelle ladite question revient tous les soirs à 18 heures.

Selon le thème, les rôles s’inversent. Désintérêt devant l’achat de la voiture familiale ou souci différenciel, l’un des parents chantant les louanges d’un mini van 12 places avec possibilité de transformer l’arrière en parc de jeu pour enfants. L’autre parent déplorant la consommation essence et la faiblesse du moteur.

Et ça se répète à l’infini…

Et si l’enfant est de la dynamite, c’est l’absence de communication entre les parents qui bien souvent allume la mèche. « On n’est plus que des parents », finissent par souffler les concernés, épuisés au bout de quelques années par les engueulades récurrentes et le flou des souvenirs où ils étaient un couple avant d’être l’équipe chef d’une maisonnée en culottes courtes.

Difficile de passer du temps à deux, de se trouver du temps pour parler, pour échanger. Tout est susceptible d’être interrompu par un cri strident d’enfant, y compris le party de corps-tout-nus. Les repas sont une succession de phrases sans queue ni tête et d’histoires dont on ne connaît jamais la fin. Quant au restaurant, c’est bien simple: mieux vaut y aller avec une autre famille si l’on veut espérer avoir une conversation avec au moins un autre adulte.

Nous n’avions pas vraiment l’impression de ne plus nous parler – je veux dire, on s’appelait quinze fois par jour pour se parler de trucs essentiels, comme l’achat de lait en poudre ou le dernier courriel de la garderie – mais c’est un événement fortuit qui m’a fait prendre conscience de tout ce qui nous manquait.

On a pris le train ensemble.

Quand Mr Swing a repris le boulot, il s’est mis à reprendre le train. Le même train que moi je veux dire. Pas toujours car nous sommes tous deux susceptibles d’avoir des obligations professionnelles, mais deux à trois fois par semaine. Au début, on n’en revenait pas de se retrouver là, côté-à-côte. On se gardait une place si jamais l’un de nous était monté en premier, on se promenait main dans la main, traversant la ville jusqu’à ce coin, à l’angle de Peel, où je monte tout droit et où il continue sa route. Je me dis souvent, maintenant, que ceux qui posent le regard sur nous à ces instants doivent nous voir comme un jeune couple. Et, dans ma tête, si mes enfants m’apparaissent soudain en superposition, ils deviennent tout à coup un ciment, un ciment fort.

Un des luxes des parents est de pouvoir parler de ses enfants sans être interrompus par ceux-ci. Et de pouvoir parler d’autre chose, aussi… Beaucoup d’entre nous sont effrayés à l’idée de ne devenir qu’une mère, ou qu’un père. Mais quid de son couple plongé soudain dans cette chape de plomb que peut être la parentalité?

Je suis toujours étonnée d’entendre des discours du type «On ne m’avait pas prévenu» ou «Si on m’avait dit» que tous les bébés ne font pas leurs nuits à deux semaines / que l’enfant n’est pas livré avec le mode d’emploi / qu’être parent est rarement inné / qu’un toddler peut faire une crise du bacon en mi majeur au milieu d’une église à l’heure de la messe (rayez la mention inutile). Si on m’avait dit que… le couple pouvait battre de l’aile après l’arrivée d’un enfant… Mais pardi! Dans quel monde vis-tu? Le fameux «quelle idée d’avoir fait un petit troisième en espérant que ça allait améliorer les choses dans leur couple» est l’une des phrases les plus en vogue aujourd’hui, comment as-tu pu passer à côté de ça?

Non, la vraie raison, c’est que l’on sait, on entend mais on refuse d’y croire. Créer quelque chose ensemble – a fortiori un humain, devrait être une mission suffisante pour unir le couple le plus bancal. Ceci dit, dans l’idée, ça se tient. D’ailleurs le couple est généralement assez uni dans la réalisation de l’objectif, lorsque cela passe par des travaux pratiques de jambes en l’air.

Mais l’enfant est un formidable élément dans la vie humaine, capable de révéler le pire et le meilleur de ses parents. Suis-je la seule à m’être émerveillée, la nuit venue, d’avoir été capable de faire «ça», ce bel ange endormi, pour passer quelques heures plus tard, au dixième réveil à un état de nerfs incroyable, jurant mes grands dieux que la prochaine fois c’était ceinture, t’as-entendu-chéri-demain-matin-première-heure-je-prends-rdv-pour-ta-vasectomie.

Une dynamite, je vous dis.

Ce qu’on nous dit aussi, mais que l’on entend pas toujours, c’est qu’il faut se réserver des moments à deux, des soirées, des sorties. Des vacances, pour les plus chanceux. Et on essaie. Et souvent on savoure. Mais c’est toujours trop court et la réalité, le manque de temps et l’absence de communication reprennent vite le dessus.

C’est dans la régularité que j’ai trouvé mon salut.

Avoir chaque semaine un temps privilégié l’un avec l’autre, je trouve ça indispensable désormais. Ce qui est drôle, c’est que des choses qui nous paraissaient routinières, comme un trajet en voiture ou des courses à l’épicerie, deviennent soudain amusantes, et un peu spéciales, à l’image des premières courses réalisées ensemble pour remplir le frigo de notre premier appart. Mais ce sont des moments teintés de ce je-ne-sais-quoi de plus, cette aura particulière due au fait d’avoir tant partagé, dont deux bébés. Ce qui nous unit est bien plus fort que n’importe quel mariage, que n’importe quel commitment d’ailleurs…

Mais ça prend du temps seuls, pour le reconnaître.

-Lexie Swing-

22 commentaires Ajouter un commentaire

  1. C’est beau! J’avoue que c’est une de mes peurs, si nous arrivons enfin a achever le projet bebe… Deja maintenant avec nos vies bien remplies et nos rythmes differents c’est important de prendre le temps de passer du temps ensemble sans distractions (alors qu’on a passe le temps des rencards).
    Profitez bien de votre commute alors :)

    1. lexieswing dit :

      Le plus difficile c’est que ni vous ni nous n’avons de famille sur place disponible pour prendre la relève lorsque le navire prend l’eau

      1. Oui c’est surtout ca qui me fait peur… Surtout qu’ils ne voudront peut-être pas revenir si tu les rends malades ;)

  2. L’enfant est effectivement la dynamite, la dynamique aussi… Gosh, qu’est-ce qu’on a pu (et ça continue…) se prendre la tête sur Mark! Incroyable. Il faut dire que le stress de la vie quotidienne avec un enfant, plus le manque de sommeil et la difficulté (surtout pour nous, immigrants) de ne pas pouvoir trop prendre du recul et se décharger ajoutent aux problèmes.

    J’ai pas vraiment de solution miracle, effectivement, prendre du temps à deux et discuter AU CALME! Je sais, plus facile à dire qu’à faire…

    1. lexieswing dit :

      Au calme dis-tu? ;)

  3. Forcement ton post parle à tous les parents. Prendre du temps à 2… Ah, ce que je donnerais pour passer juste un resto, un ciné, ou même juste une soirée à la maison seule avec mon mari! En 7 ans, depuis la naissance de nos 2 enfants, nous avons était 3 fois au ciné et une fois au resto… C’est la rançon de vivre loin de la famille. Tu sais de quoi je parle ;)
    Mais bon, on s’accroche, on tient bon, mais l’arbre prend quand même de sacrés coup de hache à l’arrivée du premier et ça ne s’arrange pas avec le 2ème… sauf que tu es un peu plus expérimenté coté parentalité, donc tu gères un peu mieux… mais c’est pas facile… Courage! le plus dur est certainement derrière nous!

  4. Comme j’ai eu peur le jour où j’ai réalisé que je maîtrisais si bien le « il faudrait + soupir d’exaspération  » !! electrochoc qui m’a remis à ma place d’amoureuse que j’avais tendance à laisser de côté dans les moments de fatigue ! Et du temps ensemble aaaaaahhhhhh, vivement l’introduction de quelques biberons pour nous permettre des sorties à deux !

  5. Maman louve dit :

    Ton texte est juste magnifique et si vrai! Je terminerai en disant : qu’est ce que tu écris bien bordel 😊💛

  6. sous l'océan dit :

    Ici on ne dîné plus avec nos enfants. On leur garde le temps de parler de leurs histoires d enfants et puis on dîné tout les deux après on peut alors parler sans être interrompus on peut aussi choisir de ne pas parler et de se planter devant un film les soirs de grosse fatigue. Mais c est le moyen que nous avons trouver pour échanger sans interruptions permanentes c’est dans ces moments là qu on construit nos projets ou qu on décharge les émotions de la journée. Alors j imagine bien ces trajets en train. Je crois qu au début ça m aurait fait drôle et je ne sais pas si on aurait trouvé un sujet de conversation.

    1. lexieswing dit :

      Ben au début tu parles… des enfants lol! Nous on mange ensemble après quand l’un des deux travaille tard et ça nous fait tout drôle de manger ainsi en tête à tête ;)

  7. mamanlouna dit :

    Bravo et merci !
    Je viens de prendre rendez-vous avec mon mari pour que ce soir, quand Poupette sera au lit, au lieu de s’affaler devant une série, on prenne le temps de manger à table et de discuter comme on n’en a plus au l’occasion depuis, quoi, au moins 20 mois ? ;-)

    PS : je vous envie trop vos trajets du matin en amoureux….

      1. mamanlouna dit :

        Ben alors ça change la vie ! :-)
        On n’arrivait pas à se mettre d’accord pour nos vacances d’été, on se prenait la tête sans parvenir à trouver un compromis, ça faisait des semaines que ça traînait. Et là, juste prendre le temps de discuter tranquillement, sans pression, ça nous a permis de trouver une solution !
        C’est un peu triste, dans un sens, mais j’essaie de voir le positif et de ne pas oublier de prendre du temps pour nous plus régulièrement !
        Merci à toi, en tous cas !

  8. Emma June dit :

    Que tes mots me parlent et c’est vraiment ça. Pas besoin de choses extra ordinaires mais prendre le temps – a minima une fois dans la semaine – de vraiment être ensemble pour se regarder, parler, échanger, rire ensemble. Pas besoin d’argent ou de sorties luxueuses, mais c’est parfois difficile de prendre le temps (parce qu’on a toujours plein de choses à faire en tant que chef de maisonnée!).
    Ici aussi, les choses les plus simples, sans enfant (courses, balade, déjeuner en ville en semaine,boire un verre…) revêtent une autre allure.

    1. lexieswing dit :

      Est-ce que vous arrivez à trouver du temps pour vous?

  9. maman délire dit :

    ça me parle mais d’une force ce que tu écris !! c’est dingue… nous on arrive a faire du covoiturage quelques fois, mais survivre en tant que couple, c’est compliqué !

    1. lexieswing dit :

      Oui c’est compliqué, et puis des fois c’est dans ces moments là que le ton monte!

  10. C’est criant de vérité…J’avoue avoir fait partie de ces parents qui pensent : « On ne nous avait pas prévenus! », mais dans le sens où je me suis sentie mal et très seule à la sortie de la maternité…
    Je n’avais pas rêvé du Bébé parfait qui dort/ne pleure jamais/est calme, ou du couple soudé et amoureux comme au premier jour. Je n’avais pas vraiment imaginé « l’après », c’est tout.

    Ici, avec Monsieur Râleur et Lilas, 16 mois, c’est jamais pareil. Un soir elle s’endort rapidement et ne se réveille qu’une fois, voire pas du tout (là ça relève presque du miracle!), nous laissant un peu de temps pour discuter et se retrouver. Et d’autres fois, c’est deux ou trois heures qu’on met pour l’endormir, sans compter les réveils nocturnes multiples qui nous irritent (beaucoup! Surtout Maman qui se lève les 3/4 du temps!).

    Enfin, je me dis que c’est aussi ça la vie de famille, qu’il faut profiter des moments où on peut être juste à deux (pas simple quand personne ne peut prendre le relais de temps en temps). Puis bon, un jour elle grandira, et notre sujet de discussion ca sera : « il est passé où notre Bébé?!! » 😉

    1. lexieswing dit :

      Juste une sortie au resto est souvent ponctuée de remarques sur le bébé : même quand il n’est pas là il prend toute la place ;)

      1. C’est exactement ça !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s