Cet immigrant que je ne saurais voir

Pour défendre une certaine notion de patrie, certains, s’érigeant en pourfendeurs de l’immigration, sont portés à croire que la citoyenneté devrait reposer sur des origines, une couleur de peau, la sonorité d’un nom. Ainsi, en France, on a tendance à estimer, par défaut, que le jeune Nicolas est plus français que son ami Chen. Je ne dis pas ces noms au hasard.

Nicolas est certes d’origine française mais il ne connaît rien à la France. Son père était perpétuellement muté dans un nouveau pays, il a notamment passé 12 ans en Afrique et il est né au Kenya.

Chen est né dans un bled à côté de Strasbourg, de parents chinois immigrés en France une dizaine d’années avant sa naissance. Il a été à l’école à Strasbourg, et il a été à Lyon à l’Université. Un jour, un ami commun lui a demandé comment c’était « là d’où il venait » et il a décrit un village de carte postale où les gens parlaient un français mâtiné d’allemand. Je ne sais pas s’il a fait exprès de parler de son village alsacien mais la vérité, et je l’ai su plus tard, c’est que Chen n’était jamais allé en Chine. Il s’y est rendu plus tard, seul et en backpack, pour découvrir un pays qui était celui de ses origines certes, mais qui lui était inconnu.

J’ai toujours eu plus de points communs avec Chen qu’avec Nicolas. C’était fascinant d’entendre Nicolas raconter ses premiers pas dans la brousse (sérieusement, c’est plus fancy que les trottoirs de Paris ou d’Alger pour apprendre à marcher non ??) mais on n’avait pas la même culture. Il ne connaissait pas les Minikeums, il restait de marbre devant les répliques cultes de la Cité de la peur ou du Père Noël est une ordure, il n’avait jamais lu Astrapi. Chen, si.

C’est cependant en arrivant au Québec que j’ai pris la mesure de la citoyenneté que je portais, et de l’étrangère que j’étais. Même si j’assimile parfaitement l’accent, et que je finis par connaître Montréal comme ma poche; même si je participe à élire le prochain gouvernement et qu’on me délivre un passeport en règle, je ne deviendrais réellement québécoise que le jour où j’en assimilerais la culture. Lorsque le nom des politiques et l’humour des comédiens trouveront écho dans mon esprit et que je pourrais fredonner une toune connue.

Et il y aura d’ailleurs ceci de différent entre mes filles et leurs cousins, qui les rendront définitivement plus proches de leurs amis d’école – quelles que soient leurs origines – qu’elles auront les mêmes souvenirs musicaux, littéraires et bien sûr télévisuels. Parce que la langue elle-même est différente et que rien – à commencer par les films – ne porte le même nom des deux bords de l’Atlantique.

Et c’est bien la preuve, s’il en faut, qu’on ne voit jamais plus loin que le bout de notre nez. Que parce que nos voisins ont les yeux allongés, le teint olive et l’accent marqué, on s’imagine qu’on sait tout : comment ils vivent, pour quel Dieu ils prient et à quoi ils aspirent. On prétend surtout savoir qu’ils ne sont pas d’ici, sans jamais se demander ce que c’est, être d’ici. Est-ce que c’est d’avoir le teint pâle et le ton affecté? Ou bien est-ce d’aimer une terre si fort qu’on a été prêt à traverser le monde pour la rejoindre? Est-ce que c’est respecter des traditions, en les faisant siennes ? Adopter des coutumes, des habitudes et tout un peuple ? Choisir un pays pour y travailler, pour y élever ses enfants et pour s’y endormir chaque soir, en s’y sentant en sécurité et à la bonne place ?

Je me souviens d’une fille, interviewée lors de ma première année au Québec, qui me disait être victime de ce que j’appellerais un double délit : nom et faciès. Elle avait un nom vietnamien, elle avait le type asiatique, et avait été estampillée « français balbutiant » par tout employeur qui croisait son CV, réduisant à néant ses possibilités d’être embauchée dans ce petit coin du Québec où elle vivait. Je lui ai parlé au téléphone. Je ne lui ai parlé qu’au téléphone même. Et pour moi elle n’est restée qu’une voix. Un accent québécois marqué. Des expressions typiques. Rien ne trahissait ses origines. Mais ses parents lui avaient légué ce qu’il y a de plus lourd à porter aujourd’hui pour un enfant d’immigrés : un nom à consonance étrangère et des traits d’ailleurs.

Notre connaissance des autres est construite sur des présupposés. Une femme au foyer est forcément inéduquée, des piercings nombreux sont l’apanage de la marginalité, l’enfant qui court au restaurant est victime d’une éducation laxiste, quand celui qui dort avec ses parents est un enfant-roi.

Notre vision est faite de cases étriquées dans lesquelles nous tentons de faire rentrer le monde qui nous entoure. Nous faisons fi de ceux qui font le grand écart, des funambules, suspendus entre deux réalités, de ceux qui résistent et de ceux dont l’esprit est trop large pour rentrer dans la case assignée.

Nous imaginons notre monde comme l’un de ces immeubles à clapiers, comme ils en poussent par dizaines dans les banlieues françaises. Ces champignons qui empoisonnent la société. Ces cages à poules minuscules qui dégueulent d’immigrants.

Ça ne rentre pas. Quand est-ce que les arriérés de ce monde se rendront compte que ça ne rentre pas? Que la vie n’est pas un putain de sudoku avec un chiffre par case. Que la palette ne suffit plus à créer tous ces métissages. Qu’il va falloir changer de plan. Cesser la linéarité. Accepter les nuances, les contours flous, la cacophonie des accents chantants.

L’aquarelle n’est pas terminée et la réalité n’est pas immuable. Essorez les pinceaux, il est temps de changer le décor.

-Lexie Swing-

Photo : Slava Bowman

Catégories Immigration, Société, Vivre au CanadaMots-clés

21 réflexions sur « Cet immigrant que je ne saurais voir »

  1. oui, je déteste toutes ces petite cases ou l’on enferme notre horizon soyons plus ouverts au monde….

    1. Elles sont vraiment étriquées, et le pire c’est que ça nous stresse que ça n’entre pas dedans !

      1. c’est stupide les « cases » oui…

  2. Je m’apprête à quitter le pays que jai choisi et ou mes enfants sont nés parce qu’il nous pousse dehors: go back where you come from. Mes enfants sont nés en Angleterre, parlent français difficilement, avec un accent anglais très fort, ne connaissent strictement rien à la culture française comme tu l´as décrite au début de ton billet. Je ne la connais plus non plus après presque 22 ans ailleurs. Mais il paraît qu’on est des affreux migrants qui doivent dégager…alors on part, dans un pays qui nous est bien plus étranger que celui qu’on quitte, mais c’est marqué sur nos passeports, même pour mes enfants qui n’y sont même pas nés, on est français, alors go back to France.

    1. Oui je trouve ça absurde comme idée de penser que la citoyenneté prime sur l’endroit où l’on vit. Mais c’est une réalité qu’on ne comprend que parce que nous sommes nous mêmes des immigrants. Quand tu n’as jamais bougé de chez toi, ta vision des choses est beaucoup plus restreinte à ce sujet. C’est d’ailleurs la différence de perception entre deux emmerdeurs : si le premier a une couleur de peau et un nom qui matchent avec le pays où il vit, alors c’est juste un emmerdeur. Le même, mais avec une couleur de peau et un nom qui sonnent étrangers pour le pays, alors c’est différent, c’est un étranger qui n’a rien compris aux coutumes locales et qui refuse de s’intégrer

  3. Très joli texte, très jolie plume! Je prends toujours beaucoup de plaisir à lire tes billets.
    Petite anecdote: l’été dernier je récupère mon garçon au CPE, son éducatrice me dit qu’ils ont passé une super journée, ils ont fait et mangé des « mot bizarre que je ne comprends pas ». Je hoche la tête en souriant, « super » je lui réponds. Sur le chemin du retour, je demande à mon fils « qu’est ce que vous avez fait aujourd’hui? » il me répète le mot bizarre avec le même accent très marqué, je creuse un peu, en fait ils ont fait des esquimaux ou « popsicle »!!! Et là j’ai eu une pensée affectueuse pour toutes les mamans du bled des enfants avec qui j’allais à l’école qui, je le comprends maintenant, malgré tous leurs efforts, étaient parfois complètement pommées avec le monde dans lequel grandissait leurs enfants.

    1. Le nombre de fois où j’ai dit à mon aînée « arrête ce mot n’existe pas! » avant de me rendre compte que si, ils existaient mais que moi je ne les connaissais pas. Mon plus beau souvenir est le fameux « abrier »

      1. Quoi « abrier » existe vraiment???

      2. Ah ah ah oui! Ça veut dire couvrir

      3. Oui j’ai googlisé après ton message et j’ai vu que c’était un vrai mot! Je me suis platement excusée auprès de mon fils ce soir pour lui avoir dit je ne sais combien de fois « on ne dit pas abrier mais abriter et sous une couverture on dit plutôt se couvrir que s’abriter »

      4. Si ça peut te rassurer je suis passée par là :)

  4. J’adore la photo. Et bien sure je suis 100
    5 d’accord avec toi. Ca me met tellement en colere quand je renter en France ou que meme ici les gens me tiennent des discours contre l’immigration. Ce a quoi je reponds que je suis une « immigree »…. C’est pas parce que je suis francaise aussi, ou que je viens aussi d’un pays developpe, que je suis « mieux » que ces autres migrants…
    Pareil quand les gens sont un peu racistes dans leur discours, sans se render compte qu’il me parle a moi, dont le pere est africain! A croire qu’une fois qu’on est amis ils oublient….

    1. Je ne me souvenais pas que ton père est Africain! Quel pays? Ça m’étonne pas que tu sois si belle, les enfants nés d’un métissage ont toujours un petit qq chose en plus à mes yeux :)

      1. Je ne crois pas l’avoir dit en fait? C’est une histoire compliquee mais mon pere biologique est mauritanien :) C’est gentil, tu va me faire rougir haha ma mere est toute grande et fine (taille mannequin quoi avant qu’elle n’ai autant de soucis de santé) et a ;es cheveux raide. Du coup je plaisante toujours que j’ai herite de mes gros cheveux / seins / fesses de mon pere biologique ;)

      2. Ah ça me dit quelque chose ! Et ton père t’a adoptée à quel âge?

      3. C’est une longue histoire mais en gros ma mere etait mariee a mon pere (francais) et elle l’a trompe avec un homme en Mauritanie. Elle lui a dit a la fin de la grossesse que je n’etais pas « sa fille » biologique. :)

  5. Très beau texte !

  6. Un très joli et intéressant billet ! Ce qui sous-tend toutes ces cases, je crois, c’est la peur… Certains sont rassurés à se dire qu’ils parviennent à « cataloguer » les gens, et c’est parfois impressionnant de voir à quel point tout cela n’est fondé sur rien… une même personne peut d’ailleurs être plein de contradictions, être anti-immigration et elle-même venir de l’étranger, etc, etc…

    1. C’est très intéressant et très vrai ce que tu dis. Je suis d’origine espagnole par mon grand père et là d’où je viens le racisme était particulièrement fort parmi les immigrants de première génération

  7. J’aime beaucoup ton article, un peu long, je reviendrai bonne journée. J’aime beaucoup ces visites sauvages au gré de la toile…….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close