Célébrer mes droits chaque jour

Chaque année pour la journée des droits des femmes, le 8 mars, je partage des articles, des graphiques et quelques idées folles. Parfois j’écris, mais souvent non. Parce que ce que je voudrais écrire est dit plus joliment par d’autres, mais aussi parce que je ne me suis jamais limitée à une journée pour évoquer nos droits et ma quête de l’égalité. Je pourrais en parler aujourd’hui, mais je le ferai plutôt demain.

J’ai des droits tous les jours de l’année, aujourd’hui aussi c’est vrai, mais pas plus qu’un autre jour (sinon j’en profiterai). Grâce à l’endroit où je vis, j’ai des droits plus marqués que certaines de mes pairs. Des droits que je voudrais mentionner.

Aujourd’hui je porte une robe. Ma seule difficulté a été de savoir si j’avais une paire de collants viables – ça ne m’arrive pas souvent avec les collants. Personne chez moi ne m’a fait de remarques sur la longueur de ma robe. Personne dans la rue ne m’a interpellée pour souligner dans un langage fleuri le fait que je porte une robe et ce que cela provoquait au niveau de l’entrejambe de ses pantalons. Personne dans mon travail n’a posé sa main sur ma hanche parce que ma robe appelait ce geste, personne n’a non plus jugé que ma tenue n’était pas appropriée pour travailler, au motif que cela déconcentrait une part majoritaire, sinon importante, de mes collègues. J’en ai le droit mais ça n’a pas toujours été le cas.

Aujourd’hui, je fais le travail que je souhaitais. J’ai été recrutée pour mes compétences, à défaut de mon expérience. On a valorisé ma capacité d’apprentissage, mon entregent, mes qualités rédactionnelles, mon goût pour l’organisation d’événements, mon altruisme. Personne n’a mentionné mon tour de poitrine, le dessin de ma bouche ou la courbe de mon fessier. Personne n’a posé le regard dessus ni n’a fait un sous-entendu chuchoté de façon parfaitement audible à l’oreille de son plus proche collaborateur. J’en ai le droit, mais ça n’a pas toujours été le cas.

Aujourd’hui je dis fièrement que j’ai fait 8 ans d’études, plus un trimestre à l’étranger. C’est plus que nombre de gens avec qui je travaille. J’ai choisi les études que je voulais faire, et après avoir obtenu une licence en droit je me suis réorientée. J’ai fait de nouveau un choix après avoir fait un master en sciences politiques, et un autre après avoir fait Sciences Po Toulouse. On ne m’a jamais dit que ce n’était pas ma place, que je n’avais pas l’esprit pour. Et je ne me suis jamais sentie moins bonne ou moins écoutée en raison de mon sexe. J’en avais le droit. Ça ne s’est pas passé comme ça pour toutes mes amies.

Aujourd’hui ça fait 5 ans que je suis maman. Deux fois. J’ai pu choisir quand avoir mes enfants. Utiliser une contraception quand je n’en souhaitais pas d’autres. Prendre de longs mois de congé pour m’en occuper alors qu’elles étaient bébés. Partager ce congé avec leur papa. Retourner travailler quand j’ai jugé que le moment était venu et trouver une garderie en conséquence. J’en ai le droit. Toutes les femmes ne l’ont pas.

Nos droits, en tant que femmes, restent maigres, marginaux. On peine à gravir les échelons, à repeindre la grande murale. On en est à devoir changer le monde une femme à la fois quand on aurait le goût de donner des coups de pieds dans tous les clichés, les représentations faussées et les écarts en tout genre.

Malgré tout, je suis contente de me sentir de plus en plus libre. Le lieu où je vis mais aussi les accomplissements et mon âge (grandissant) m’ont peu à peu permis de me débarrasser de mes entraves. Plus personne n’arrive à me faire douter de mes possibilités pour des questions de genre, nul ne se permet de remettre en cause mes acquis. Cela signifie-t-il que le combat est terminé ? Pas du tout. Il ne fait même que commencer. Car débarrassée de mes chaînes, je travaille désormais à une cause plus grande que moi. Celle des femmes de par le monde, celle des femmes en devenir, celle de nos filles. Et peut-être que c’est là le véritable féminisme, synonyme littéral d’altruisme: voir plus loin que sa propre expérience, que son propre quotidien. Comprendre que ce n’est pas parce que « moi, je » suis libre, que les autres le sont, et que nous le serons toujours. « Féministe, tant qu’il le faudra » martèle un pin’s que m’a récupéré une amie chère. Féministe pour toujours, donc.

-Lexie Swing-

Photo : Gabriel Sanchez

Catégories SociétéMots-clés ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close