Quelle définition donneriez-vous de vous-même?

«Il est métis, d’origine indienne et homosexuel». Je me souviens encore des mots qui ont accompagné les portraits de Leo Varadkar, alors qu’il devenait le Premier Ministre de l’Irlande, puis, plus récemment, lorsqu’il a fait campagne en faveur d’une révision de l’amendement de la Constitution irlandaise qui limitait le recours à l’IVG.

Métis, d’origine indienne et homosexuel. Je sais que ces trois mots pour le décrire n’avaient pour but principal que de souligner la progression des mentalités au sein d’une société longtemps traditionnaliste. Je sais aussi que le bon titre fait le bon clic. Je me suis interrogée cependant sur l’ordre des mots, et leur utilité. Bon nombre de journaux ont laissé de côté le terme «d’origine indienne» (certains ont écrit simplement «indien», car au diable le fait que sa mère soit Irlandaise, qui peut bien être intéressé par la vérité?). Métis et homosexuel, cela suffit pour convaincre n’est-ce pas? Mais considérant le but, à savoir trancher dans le lard de la tradition… Sur quoi aiguiser son couteau (je file la métaphore) : la couleur de peau ou l’orientation sexuelle?

J’ai délaissé cette question pour m’en poser une autre, poussée par le nombre de descriptions qui me sautaient désormais aux yeux : «Mère de famille nombreuse, dirigeante d’entreprise et auteure», «Mère célibataire, musulmane voilée et femme politique»… Dans l’opinion publique, nous sommes mères, puis nous possédons un autre attribut plus ou moins intéressant (homosexuelle/d’une confession particulière/d’un handicap particulier/d’une taille ou d’un poids spécifique), puis nous sommes des professionnelles. Bref, dans mon cas, je serais décrite comme «Mère et professionnelle». Je suis suffisamment socialement typique pour évincer les autres caractéristiques, même si mon statut d’immigrée pourrait me valoir le terme de Française immigrée. Il se placerait dans ce cas après le terme mère, probablement. Je n’ai pas assez d’enfants pour être étiquetée, je les élève en couple, avec un homme, je suis blanche, je suis athée, j’affiche une taille et une corpulence basique (même si j’aimerais que mes jambes soient plus longues!).

Cependant, nous ne ressemblons en rien à ce que les mots qui nous décrivent semblent dire de nous. Avez-vous déjà fait l’exercice de vous décrire? Quel est le mot qui intervient en premier? Mère? Femme? Votre profession? Nous ne mettons jamais en premier ce qui nous semble anecdotique, même si cette caractéristique intervient en filigrane de toute notre existence : lectrice passionnée, botaniste avertie, végétarienne… Nous sommes des coches dans le tableau Excel de cette société, portant en nous les cases que nous n’avons pas su remplir : la maternité, la profession, l’argent parfois. Un lot de caractéristiques communes, dans lequel nos spécificités n’entrent pas. Ce sont pourtant ces spécificités qui font tenir le monde debout, chacun apportant ses connaissances, ses compétences, sa note à l’hymne et son instrument à l’orchestre, tout autant créateur qu’acteur.

Mais pour autant, je ne sais toujours pas. Qu’est-ce qui me définit? Suis-je une chose plus qu’une autre? J’existais bien avant de devenir une mère, mais leur présence ponctue de nombreux aspects de ma vie actuelle. J’ai été apprentie toute ma vie : j’ai appris à respirer, à me mouvoir. J’ai appris à émettre des sons, à en faire des mots. J’ai appris à lire, à écrire, à compter. J’ai appris chaque jour, et je continue. Je suis une apprentie, c’est définitif. Mais pour le reste?

Je suis apprentie, auteure, femme, conjointe, mère et professionnelle, lectrice passionnée, cuisinière gourmande et végétarienne, en mouvements. Ça vient d’un jet, c’est drôle. L’idée d’auteure intervient chez moi avant le reste, car tout passe par les mots. Je les apprends, je les écris, je les transmets, je les féconds, je les abrite (et ils m’habitent).

Surprenant exercice… À quoi ressemblerait-il pour vous?

-Lexie Swing-

Catégories ExisterMots-clés ,

10 réflexions sur « Quelle définition donneriez-vous de vous-même? »

  1. Mettre des gens dans des cases, les étiqueter, faire un résumé accrocheur, vendeur et bien sûr réducteur. Si je devais me décrire en quelques mots je le ferai de façon bien différente d’il y a 10 ans ou 6 mois. Et dans 1 an ce sera certainement encore autre chose. Merci pour ce texte qui pousse à réfléchir sur sa propre définition. Bonne journée Lexie.

    1. Oui c’est définitivement mouvant. J’essayais de penser à des caractéristiques, mais la plupart s’évanouiront le temps aidant …

  2. Oh boy… Franchement, je serai incapable de me décrire en quelques mots, on pas parce que je suis si complexe que ça, mais parce que rentrer dans une case, bof. Bah, je donnerais mon nom, âge, lieu de naissance. Après, tout le reste serait avec des grosses parenthèses, genre « française » (et canadienne depuis 2009), traductrice (et rédactrice, correctrice, photographe amateur, écrivaine en herbe, etc.), « vit à Ottawa » (mais aussi s’échappe aux quatre coins du monde dès que possible), etc.

    1. C’est ça! C’est impossible de donner une définition. Comment tu penses qu’on te décrirait dans le cadre d’un article, disons un article en lien avec ton blog ?

  3. Pas facile de se décrire dans ce monde qui aime les cases. Ton texte est d’une justesse incroyable Lexie.
    Je me décris souvent comme une amoureuse de la vie, passionnée des mots, une équilibriste.

    1. Ça ne m’étonne pas que « les mots » reviennent dans ta propre description :)

  4. Comme d’habitude, un texte intelligent, très bien écrit et qui amène à la réflexion. Si je devais me prêter à l’exercice, je me décrirais par des adjectifs qui définissent ma personnalité; ils restent assez immuables malgré les années: entière, sensible et passionnée.

    1. Tu as raison, peut être que c’est encore ce qui nous définit le mieux, non pas ce que nous sommes socialement mais qui nous sommes émotionnellement parlant

  5. La Nébuleuse 7 juin 2018 — 3:41

    On est un peu comme autant de boules à facettes… et on renvoie la facette la plus adaptée au contexte, souvent ! Les bio des blogueuses sur les réseaux sociaux en sont une parmi d’autres, c’est parfois ce qui fait sourire, mais finalement on fait tous et toutes ça à différents niveaux ! Je suis à la fois une femme, féministe, une ancienne étudiante en sciences humaines, une personne qui cherche à développer son esprit critique, une personne qui voudrait militer davantage… Je me définis aussi beaucoup par mes convictions politiques à titre personnel, mais ce n’est pas forcément ça que je mets en avant. Je pourrais me définir par mes goûts, lectures, photographie, récits… Je réalise que j’accentue l’un ou l’autre de ces aspects selon les réseaux sociaux d’ailleurs : la politique davantage sur twitter, la photographie et les récits de voyage sur instagram… !

    1. Et finalement j’imagine que c’est valable aussi selon la personne à qui l’on se décrit et l’environnement dans lequel on se trouve. On accentue l’aspect politique avec ses amis militants, on ne parle que d’enfants avec ses copains parents, etc… et puis tous ces univers mis bout à bout finissent par créer un puzzle plus global

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close