Elle n’est pas qui j’avais imaginé

«Je suis plus ta fille». Dans sa voix, le ton est impérieux, défiant. On ne cille pas. Ce n’est pas la première fois qu’on entend ça. Je suis plus ta fille, plus ta sœur, t’es plus mon père, je vais trouver une autre famille. B. la discrète est devenue B. la bouillonnante. À la faveur de la naissance de sa sœur, à l’aube de l’automne (merci Corneille), il ya bientôt 4 ans, le petit chat s’est transformé en lion.

Ça nous a pris trois âges pas faciles pour arriver au résultat actuel : le Terrible Two (en avance de quelques mois), le Threenager et le Fucking Four. On n’a pas fait mieux depuis l’ère Mésozoïque (l’ère où ont vécu la majorité des dinosaures, divisée en trois périodes : Crétacé, Jurassique et Trias… ça se sent que j’ai fait mes devoirs de maternelle, non?).

La (presque) blondinette effacée, qu’on taxait déjà de timide-comme-ses-parents-au-même-âge, avait trouvé sa «voix». Avez-vous déjà eu affaire à un enfant à la fois introverti et en colère? C’est un degré non mesuré sur l’échelle de Richter. Les sentiments sont énormes mais tapis, bouillonnants mais incommunicables. Ce n’est pas faute de parole, pourtant, et malgré ce que les spécialistes veulent bien en dire. L’enfant qui communique mal ses sentiments n’est pas toujours celui qui ne connaît pas les mots. Il les connaît mais il ne les trouve pas, le moment venu, plongé dans un abysse d’émotions affleurantes. Comme si l’iceberg tout entier avait soudainement décidé d’émerger.

Nous ne sommes pas tous doués de naissance pour exprimer nos sentiments. Si certains enfants ponctuent leurs jeux d’un «je suis TELLEMENT heureux» et leurs inquiétudes d’un «es-tu sûr que ça va Papa?», d’autres ignorent comment mettre des mots sur ce qu’ils ressentent. Un handicap qui peut perdurer à l’âge adulte. En témoignent les jeudis de filles et leur lot de «non mais sérieux ce mec, c’est un handicapé des sentiments». Soit. On ne peut apprendre ce que l’on ne nous enseigne pas.

C’est donc avec force dévotion et très peu de patience que nous avons travaillé d’arrache-pied pour aider B. à reconnaître ses sentiments pour apprendre plus tard à les maîtriser. Nous avons lutté fort et hurlé souvent. Pour dire ensuite : «tu as vu, ça c’est de la colère, moi aussi il m’arrive de ne pas réussir à maîtriser mes sentiments». Transformer ses échecs en apprentissages et devenir son propre cobaye, le B A BA de l’éducation approximative.

L’école et l’apprentissage de la socialisation ont fait le reste. Tapie dans l’ombre, au départ, B. est devenue plus affirmée, campée sur ses positions. «Je ne suis pas d’accord», a-t-elle récemment dit à son institutrice. La rébellion s’installe, héritage paternel, et la défiance n’est jamais loin. Ses mots sont restés durs : «Arrête!», «Non mais tu peux faire ce que je t’ai demandé?», «T’es pas un peu tannant?». Elle reprend à sa sauce notre ton, épinglant une fois de plus nos incohérences. «On ne parle pas comme ça aux adultes!», s’agace-t-on. «Pourquoi on peut parler comme ça aux enfants, alors?», s’énerve-t-elle en retour.

Elle est droite, raide comme la Justice à laquelle elle croit très fort. Elle a 6 ans, et campe sur ses positions comme un cheval rétif. Et chaque jour, je nous félicite d’avoir refusé les cases, d’avoir refoulé le tampon de la timidité comme le seul valable. Car elle sera probablement tout ça à la fois. Courageuse, fière, intimidée, têtue, douce, tantôt câline, tantôt sauvage, avec cette forte indépendance des idées, et ce fort besoin encore d’être bercée. Elle est mon chaton sauvage.

-Lexie Swing-

Catégories EnfantsÉtiquettes ,,

11 réflexions sur « Elle n’est pas qui j’avais imaginé »

  1. Wah, quel texte ! Non aux cases, non aux étiquettes ! Laissons les enfants etre qui ils sont, sans préjugé ! Magnifique billet pour ta fille, ton chaton sauvage.

    1. Merci beaucoup Charlotte ! As tu vu mon expérience particulière avec l’apprentissage de l’usage de la toilette ? J’ai trouvé ton article très intéressant (même si je suis loin de tout ça maintenant ;))

  2. Superbe billet! Une belle déclaration d’amour maternel!
    Les cases me font sortir de mes gonds. J’aime la spontanéité de l’enfance libre. Chaque enfant est différent.
    Je retrouve un peu du mien dans ta fille Lexie.

    1. Je trouve que ça nous conditionne beaucoup, les cases !

  3. C’est marrant, les phrases que les enfants peuvent sortir, certaines tellement pleines de naïveté et de douceur innocente, et certaines qui claquent fort et qui nous renvoient à nos propres failles ou peurs…

    J’aimerais bien mettre Mark dans une case, mais impossible de trouver laquelle :lol: Plus sérieusement, ça me paraît évident maintenant, en tant que parent-avec-des-amis-qui-ont-aussi-des-enfants que pas un gosse se ressemble. Remarque, eh… les adultes sont différents aussi ;-)

    1. Je partage ton avis, pas un seul gamin n’est pareil

  4. Jetons tous les moules au fond de la poubelle. C’est ma phrase du jour. Les enfants sont vraiment eux, sincères, purs, tout en excès parfois. Pas encore de formatage. Laissons-les être eux-mêmes et ne tentons de corriger que ce qui leur fait du mal.

  5. Faisons valdinguer les cases et haut les coeurs!

  6. J’ai l’impression que tu as (magnifiquement) décrit ma cadette.

  7. Ta plume est terriblement douce. ça pousse ça urge, ça se tord de tendresse. Merci pour tes mots.

    XOXO LOVE,

    Notrecarnetdaventures.com blog d’amoureux curieux et facétieux

Répondre à Maman Lempicka Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close