Journal d’un confinement – Semaine 6

Six semaines d’écoulées. Mon chum se demandait justement combien de semaines nous avions déjà passées ainsi confinés… Deux de plus et nous aurons fait l’équivalent des grandes vacances. Si l’on m’avait dit un jour que je travaillerais à la maison, tout en faisant des leçons et en proposant des activités à mes enfants, le tout en restant principalement chez moi, durant deux mois (et plus), j’aurais ri. Le cauchemar s’est avéré réalité et finalement il n’était pas si pire que ça.

Humeur : bonne. Sauf que j’ai pris (encore) un kilo. La faute à toutes ces recettes que je teste, juste pour vous préparer un article récapitulatif. « Juste » pour ça.

Organisation : avec le temps qui s’adoucit (ça arrive tard ici au Québec), les récréations se font désormais dehors. Elles s’allongent à mesure que notre avis de « faire cours » se réduit. Les devoirs à rallonge comme ont à gérer certaines de mes amies en France est une galère sans nom, mais le « pas de devoirs » quand tu veux que ton enfant garde un peu le niveau est difficile aussi. Bref, #jamaiscontents.

Couple : on a réparti aussi la préparation des repas et ça c’est le bonheur.

Point d’orgue : l’un de nos restos préférés – le Charlotte – a rouvert ses portes la semaine dernière pour permettre les commandes à emporter. On a soupé d’un fish & chips (ce n’est pas du tout végé j’en conviens), d’un aligot (oui oui ici au Québec) et d’une poêlée de légumes, et c’était (presque) doux comme une sortie de couple un soir d’été.

À la télé : deux de mes séries ont sorti des nouvelles saisons, soit Brooklyn 99 et After Life. On a commencé avec After Life parce que l’humour anglais m’émeut. On s’en est tenu à « seulement » deux épisodes et la scène entre Ricky Gervais et son amie prostituée autour d’un plat de pâtes (dégueulasse, apparemment) était juste parfaite de spontanéité. Insolemment juste, malgré le contexte improbable. J’ai aimé aussi le film Love the Coopers qui a récemment rejoint Netflix Canada. Le scénario est gentillet, mais ce sont surtout les scènes d’Olivia Wilde, absolument sarcastique, qui sont savoureuses.

Sous mes yeux : j’avais besoin d’une lecture douce, j’ai cherché un bon Cecelia Ahern, une romancière irlandaise (type Chick Lit) que j’aime beaucoup. J’ai donc choisi « Thanks for the memories » – je la lis en VO – et c’était juste parfait.

Vague à l’âme : j’ai lu un titre du Monde qui disait quelque chose comme « Foie, reins, etc. que touche la Covid-19? » et j’ai fermé l’ordinateur pour ne pas savoir.

Point bonus : j’ai une journée de congé cette semaine… je pense partir en voyage dans mon jardin, bien au fond. Là où je ne suis jamais allée.

Les bonnes idées de la semaine : mon futur article sur les bonnes recettes à tester, qui s’en vient, bientôt!

Au Québec, une reprise des écoles à compter du 11 mai, pour les régions, et du 19 mai pour la grande région de Montréal, vient d’être annoncée. Base volontaire, par petits groupes. On attend d’en savoir plus pour décider ce que l’on fera. Et de votre côté, qu’est-ce qui est prévu? Et que prévoyez-vous faire?

-Lexie Swing-

8 réflexions sur “Journal d’un confinement – Semaine 6

  1. J’ai l’impression que le Premier du Québec a regardé ce qui se passait en France et a décidé de faire pareil! En Ontario, la fermeture des écoles vient d’être prolongée jusqu’au 31 mai… au moins. Pas de surprise, et comme je te l’avais déjà écrit la semaine dernière, je ne m’attends pas à une reprise cette année.

    Mark commence à trouver le temps long et il réalise bien notre impossibilité à répondre aux questions qui commencent par « quand » : quand on ira à la piscine, quand on pourra jouer au parc, quand je pourrai voir mes amis… Je me disais hier que si l’école ne reprenait qu’en sept. et que si rien ne se déconfinait d’ici là, Mark aura passé six mois… sans voir d’autres enfants!

    Je ne sais pas quoi penser pour l’école. Bonne idée ou pas… je ne sais pas. Finalement, vu qu’on est déjà en mai, il me semblerait plus sage de travailler sur des solutions pour l’été, si on part du principe que les enfants à l’école sont un pas vers la reprise du travail pour les adultes. Je parle aussi pour la France là, mais mettre tout un processus en branle pour trois semaines de cours… pis quid de l’été si y’a pas de colos ou d’activités??

  2. On fini par s´y habituer ;-)
    Ici les écoles ouvrent le 18 mai, mais les classes sont divisées en 2 groups et chaque groupe va à l´école un jour sur deux. Donc avec les jours fériés les enfants ont entre 1 et 3 jours de cours selon les semaines. Comme l´école est que le matin, on ne sait pas encore si le service de garde de l´après-midi sera ouvert. Alors autant dire que c´est impossible de retourner au bureau  » normalement ». Il parait aussi que ca sera parail à la rentrée, à voir ! J´attends aussi de savoir si les camps de jour seront ouvert cet été.
    Courage, en 2022 on pourra avoir un retour à la vie normale ;-)

  3. Huummm! Un fish and chips à St Bruno arrosé d’une pinte de 100 Tonnes du brasseur d’Asbestos, j’en rêve. Un jour prochain sûrement, oui mais quand ???

  4. J’aurai ri aussi et puis au moins je me dis que maintenant qu’une semaine de vacances seule avec mon fils ne sera plus une angoisse! Je PEUX le faire!
    Häte de découvrir tes recettes…
    Ici aussi on parle du 11 mai. L’école à la maison ça commence à devenir du grand bazar!! Plus très motivés! Du coup je pense que je le remettrais à l’école si elle ouvre. Et comme il y aura pas grand monde, et bien ça sera une rentrée en douceur.
    Bises Lexie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s