Cinéma: inclassable « Ted » de Seth MacFarlane

Vous êtes vous déjà demandés ce que serait devenu votre adorable ours en peluche 25 ans après votre rencontre? Pour le moment, il dort sur votre vieille commode d’enfant mais, et si vous aviez fait le voeu de le rendre… vivant?

John et Ted... ont grandi./ Photo DR Allociné
John et Ted… ont grandi./ Photo DR Allociné

C’est en tout cas le souhait fait par John Bennett à l’âge de 8 ans. Parce qu’il n’a aucun ami, il demande à ce que son ours en peluche Teddy devienne réel. Une étoile filante et bingo: un coeur se met à battre sous la fourrure synthétique de la grosse peluche. Il est doux, rassurant et jure d’être à vie, « le copain de tonnerre » de John, pour le meilleur… et pour le pire! Presque 30 ans plus tard, Ted est toujours là, mais il a grandi: l’ours du petit garçon est devenu une peluche qui rote, s’enfile bière sur bière et qui ne sort jamais sans son bang. Il aime les filles écervelées mais bien gaulées, et les fêtes déjantées. Vous en rêviez? Seth MacFarlane l’a fait, et c’est un joyeux bordel. A voir le film, on en vient à se demander si une bande de scénaristes un peu dingue n’a pas joué à « imaginez ce que votre ours en peluche devenu vivant pourrait faire de plus trash ». Et dans le désordre ils ont donc pensé à : baiser une collègue caissière entre les choux et les carottes dans l’arrière-boutique, simuler une éjaculation faciale avec du Pouss-Mouss®, inviter quatre prostituées dont l’une fera, suite à un gage, ses « besoins » sur la moquette, faire kidnapper Ted par un père et son fils obsédés par cet ours magique, etc.
Heureusement, le film Ted n’est pas que ça. Malgré son côté totalement cinglé, il s’agit également d’une ode au passage à l’âge adulte. John Bennett, malgré la relation qu’il entretient depuis 4 ans avec la belle Lori, alias Mila Kunis, est, à 35 ans, ce qu’on a coutume d’appeler un « adulescent ». Pas d’engagement, de la fumette à longueur de journée et une vie envahie par l’ours Ted qui symbolise magnifiquement ici le refus de passer à l’âge et au statut d’adulte.

Un petit bémol cependant: la succession de situations rocambolesques empêche quelque peu d’entrer dans le film. On reste à la place de spectateur pur. Pourtant, l’idée initiale est excellente.

 

-Lexie Swing-

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s