Hommes au volant

Tu seras un homme mon fils./ Photo  Christian Senger
Tu seras un homme mon fils./ Photo Christian Senger

7h17. Nous sommes en avance à la gare. L’occasion d’attendre quelques minutes au chaud et d’observer le ballet incessant des voitures qui déposent leurs passagers. Mr Swing attire mon attention : “Regarde, encore un gars qui ne veut pas que sa femme le conduise” En effet, devant nous, un cinquantenaire bedonnant s’extirpe du siège conducteur, avant de saisir son attaché-case à l’arrière. A l’intérieur, une femme se contorsionne depuis le siège passager pour glisser ses jambes sous le volant. “Je trouve ça fou, je lui dis. Que ce gars est vieux jeu! Heureusement, plus beaucoup de gens sont comme ça aujourd’hui.” Mon amoureux s’esclaffe, me dit qu’il en voit plein, chaque matin, réaliser cette gymnastique. Abandon du volant pour l’homme, contorsion intérieure pour la femme.

Ça me laisse pantoise. La plupart des gens qui se présentent à la gare sont des habitants du village. 5 minutes en voiture pour tout le monde. Mais pour ces 5 minutes, ces si ridicules 5 minutes, au moins 10 hommes des environs, chaque matin, empoignent leurs clés de voiture pour ne pas laisser leur chère et tendre conduire.

Pourquoi ? Je ne sais pas. Dans un couple, il y a souvent cette règle implicite qui veut que l’un des deux prenne plus facilement le volant. C’est un automatisme, un confort qui se créé à mesure que les années passent et que des habitudes s’installent.

Il y a aussi les conjoints qui ne conduisent pas, ou plus. Mais on est bien d’accord qu’on ne joue pas ici dans la même catégorie. Ici, dans la douce ville qui est la mienne, des femmes conduisent… tant que leur chum n’est pas dans l’habitacle. Sinon elles lui laissent le volant. Même pour 200 mètres.

Ça m’outre.  On me dira que les gens font ce qu’ils veulent dans leur chaumière. Et dans leur voiture. Et que si Monsieur se plaît à être un fier macho, c’est son droit le plus strict. C’est vrai. Mais ça m’outre quand même.

Il y a quelques temps, la nièce d’une amie lui a tapé sur l’épaule, alors qu’elle s’installait au volant, en disant “Ben Tatie, les femmes ça conduit pas…” La glotte de ma copine a joué au ping-pong contre ses mâchoires serrées et puis elle a demandé : “Ben pourquoi tu dis ça chérie ?” avec toute la bienveillance dont est capable une fille de 27 ans qui passe sa vie sur les routes. Facile : maman ne conduit pas, mamie ne conduit pas, mamie-de-l’autre-côté ne conduit pas, les femmes ne conduisent pas. CQFD. Il y a plein de raisons pour lesquelles certaines personnes ne conduisent pas. Par peur, par paresse, parce que c’est plus facile de se faire transporter. Le problème, c’est lorsque cela devient une opposition de sexe. Papa est là donc Maman ne conduit pas. Les femmes ne conduisent pas quand les hommes sont là, c’est quand même simple comme principe non ? Ma nièce, la mienne à moi, m’avait fait pareil avec la bière. Sa maman et sa grand-mère n’en boivent pas. Ce sont des femmes d’élégance vous noterez et c’est, quelque part, une qualité que de ne pas boire de la bière. Mais il est facile dans l’esprit d’un enfant de sauter des faits au conclusion.

C’est pour ça que je bois de la bière.

 

-Lexie Swing-

 

PS Un jour je vous raconterai mon aversion pour cette douce phrase qui est : « Mmmmh je pense qu’on va avoir besoin d’un homme ».

 

10 commentaires Ajouter un commentaire

  1. lamisstamara dit :

    J’ai pu observer, moi aussi, ce genre d’acrobatie… Et j’avoue l’avoir pratiqué quelques fois pour faire plaisir à chéri qui adore conduire, ou quand je porte des talons, ou encore quand je suis fatiguée… Mais à chaque fois, chéri me demande si je veux prendre le volant, car il est toujours disposé à me laisser conduire. J’ai adoré la lecture de ton billet ! Merci.

  2. marianne dit :

    Bon il y a une autre raison aussi : quand je conduis, mon cher et tendre me dit que ça lui donne mal au coeur.
    Va savoir où est la part de vérité et celle de machisme…

    1. lexieswing dit :

      Est-ce que tu es malade toi aussi en voiture? Comme je disais à Max en dessous, moi je gère tant que je suis à l’avant de l’habitacle, les yeux sur la route. Il conduit systématiquement aussi avec ses collègues?

      1. marianne dit :

        Ah ah non. Il n’a pas le choix. Les chauffeurs sont précisés sur la fiche de service.
        Ça ne l’empêche pas de pester contre ses collègues et d’essayer de conduire toutes les voitures dans lesquelles il rentre.
        Après c’est peut-être ma conduite car il m’a semblé qu’il avait bien supporté la tienne ;-)

  3. C’est marrant, ça prend le contre pied de l’image que j’ai du Québécois qui est l’inverse du macho… D’ailleurs la premiere blague macho/sexiste que j’ai pu faire au bureau m’a valu un « encore un macho de Français »… la 2e m’a valu « Le Français macho de retour »… Bref j’ai rangé mes blagues dans mon caleçon et depuis je ne suis plus drole.. mais ça c’est une autre histoire..
    Je suis en tout cas vraiment étonné de ce comportement que tu décris car depuis que je suis ici j’ai vraiment l’impression que ce sont les femmes qui commandent dans les couples Québécois. Comme quoi on peut se tromper ou faire des généralités…
    Sinon pour ce qui est d’avoir mal au coeur quand on est passager, je confirme que ça peut arriver car on a pas du tout la même appréhension de la route derrière le volant ou sur le siège passager.

    1. lexieswing dit :

      J’admire la remise en question :) Mais je suis d’accord avec toi, globalement le sexisme n’est pas du tout le même ici, mais d’une certaine façon il est plus insidieux. Après, c’est comme partout : dans les milieux très masculins, il y a de quoi faire niveau remarques déplacées… Je te rassure en tout cas, mes collègues ne rient pas non plus à mes blagues sur les hommes ;)

      Pour le mal au coeur, j’ai ce problème mais il reste gérable tant que je suis à l’avant. Pour le vaincre, j’ai une excellente technique, un peu coûteuse mais récréative : un road trip dans les plaines irlandaises ou écossaises sur des routes sinueuses à double sens qui ne laissent pourtant le passage qu’à une seule voiture. On a le coeur bien plus léger après ça (l’estomac aussi).

  4. Moi, je déteste conduire et je laisse volontiers le volant à qui veut bien le prendre, homme ou femme. Je préfère de loin me laisser conduire. Par contre, j’apprécie la liberté que m’offre le fait de savoir conduire. Je peux aller ou je veux, quand je veux. Avoir un chauffeur privé, même pour 200m, c’est juste un plus 😉. Je dois être un peu princesse 😝.

    1. lexieswing dit :

      Ok si tu es une princesse, là, ce n’est pas pareil ;)

      1. Hahaha ! C’est bien ce que je me disais !

  5. petiteyaye dit :

    et bien moi je veux bien laisser le volant à l’homme même pour 5 minutes si c’est lui qui déneige la route, puis la voiture, allume le moteur ainsi que le chauffage ! Bon… pour de vrai quand on est en France en hiver mon homme est tellement congelé que c’est moi qui doit faire tout ça, grrrrrrr…..
    et quand on est en afrique je préfère lui laisser le volant, sinon il se met en mode greffage de téléphone sur les deux oreilles (s’il en avait 4 ça l’arrangerait) et j’ai l’impression d’être son chauffeur, ce qui au passage serait du plus grand chic de l’homme parvenu africain : un jour j’ai dit tout sourire à un gendarme que j’étais chauffeur et que c’était mon patron, ben, il n’a pas su si c’était du lard ou du cochon, il m’a laissé filer ;-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s