Enfumée

Smoke./ Photo Jurek D.
Smoke./ Photo Jurek D.

Hier, je suis descendue du trottoir et me suis éloignée, malgré les voitures approchant, parce qu’une jeune femme faisait quelque chose que je ne supporte pas. Elle fumait.

Je n’ai rien contre les gens qui fument. Je n’ai pas vu dans son geste de l’irrespect. Elle n’avait pas levé les yeux de son portable et ignorait encore tout de ma proéminence. Je n’ai vraiment rien contre ceux qui fument. J’ai fait partie de la gang. Et je gênais les autres. Avec probablement toute l’indolence et le jemenfoutisme qui caractérisent certains jeunes de 20 ans.

Je ne supporte plus les vagues de fumée qui s’attardent à mes narines. Me tenir à proximité d’une cigarette que l’on grille me fait frémir. Me retrouver soudainement dans un boudoir de fumeurs me fait quitter la pièce. Et cela n’a rien à voir avec la maternité.

J’ai écrasé ma dernière cigarette entre deux véhicules, sur le trottoir, face à un appartement toulousain que nous devions visiter. Je ne me souviens pas de son goût. Je crois que je l’ai jetée avant la fin parce que nous étions pressés. Est-ce que je savais que c’était la dernière ? Je crois que oui. Je suis de ceux qui ont besoin de planifier leurs derniers moments.

Je n’ai jamais refumé. J’en ai eu envie, mille fois. Surtout après trois verres de vin. Surtout après le café du matin. Surtout après l’amour. J’avais l’envie de l’habitude et le tanin s’est toujours marié à merveille avec le goût de la cigarette. Mais je n’ai jamais pu y retoucher.

Et aujourd’hui je fuis son odeur, ses volutes de fumée. Elle est devenue persona non grata dans mon environnement. Parfois, les fumeurs voient ça comme une attaque, une volonté de réduire leur liberté. Mais leur liberté raréfie mon air et l’espace propre à chacun est bien souvent transgressé par la fumée qui n’a cure des frontières de nos bulles respectives. Cependant chacun devrait être libre dans l’espace public, alors je fais deux pas de côté, je détourne la tête, la main sur le nez. Mais je voudrais quand même te dire, jeune femme qui fume sur le chemin piétonnier : elle me fait chier ta cigarette.

-Lexie Swing-

16 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Marianne dit :

    Le pire étant les terrasses envahies de fumeurs avec les beaux jours et les sorties de centres commerciaux / immeubles professionnels. C’est pas au Japon qu’ils ont des box à fumeurs dans la rue ?

    1. lexieswing dit :

      Lol! C’est vrai? Faut que je vois ça!

    2. lexieswing dit :

      Bon tu avais raison je suis allée lire des trucs sur le sujet! Ça a pas l’air simple d’être fumeur là-bas! Une fille disait qu’elle avait tourné 4h dans Tokyo sans tomber sur l’une d’elle! lol!

    3. Nelly Kitty dit :

      Heu… des boxs à fumeurs dans la rue ? Et tu trouverais ça bien ? :/

      1. lexieswing dit :

        Nan, moi je ne vois guère l’intérêt de parquer les gens comme ça. La rue devrait rester un espace public. Après, j’ai lu des commentaires d’expat au Japon qui disaient que ces boxes existaient dans les quartiers les plus surpeuplés, et que du coup c’était pratique car les gens marchent tellement serrés dans la rue que ce serait un coup à brûler quelqu’un ou à lui souffler ta fumée directement au visage sans qu’il puisse s’éloigner.

  2. Nelly Kitty dit :

    Bonjour ! Etant non ex grosse fumeuse, j’ai aimé ton article et je le comprends bien ! Mais il n’y a pas que les jeunes qui enfument les gens haha, les vieux avec leurs cigares et leurs gitanes, c’est pire !
    Par contre, je ne me permettrai jamais de faire une réflexion a un fumeur en extérieur… Tant que la cigarette est un produit légal (et ça le restera  »grâce » au puissant lobby du tabac), on ne peut pas empécher les gens de fumer dans la rue comme bon leur semble !
    Je suis à la cigarette électronique maintenant et rien ne m’énerve + que les gens qui se forcent à tousser sur mon passage (alors que je n’ai même pas encore expiré la fumée haha) pour me montrer que ça les gène… Ou pire des réflexions débiles du genre  »ça explose ces trucs il parait ! » Surtout que ces mêmes gens si ils passaient à côté d’une bande de jeunes un peu flippants qui fument des joints, là ils diraient rien !

    1. lexieswing dit :

      Lol, moi non plus je ne me permettrais pas de faire une réflexion à quelqu’un en extérieur. Ah si : j’ai déjà demandé à quelqu’un s’il pouvait changer sa cigarette de main car elle était à la hauteur de la poussette et je ne pouvais vraiment pas m’éloigner. Mais faire une réflexion pour faire une réflexion…

      1. Nelly Kitty dit :

        Avec la poussette je peux comprendre !

      2. Ah oui, ça je fais super gaffe! Sérieux, hein.

  3. pomdepin dit :

    Je n’ai jamais fumé, je fais une réaction asthmatique a la fumée. Très pratique pour la vie en société quand on est étudiant. Mais ça est gênant aussi avec toutes les fumées, le pire, c’est l’encens, en trente secondes j’étouffe.

    1. lexieswing dit :

      Ca doit être vraiment galère! Ton mari ne fume pas non plus?

      1. pomdepin dit :

        Si, mais dehors! L’odeur de cigarette ne me pose aucun problème. C’est vraiment la fumée qui m’empêche de respirer.

  4. Bravo d’avoir arrêté, pour moi c’est faire face à soi-même et cela demande du courage.

  5. petiteyaye dit :

    J’ai longtemps « toléré », jamais fumé, et comme toi avec le temps cette odeur m’est devenue absolument insupportable…

  6. Je comprends sincèrement… euh, c’était pas moi, t’es sûre? ;-)

    Je fume, j’en suis pas spécialement fière mais c’est comme ça. Je respecte toutes les lois en la matière (je ne fumais même pas au resto quand on le pouvais à l’époque en France, j’trouvais ça dégueu) et j’essaie de ne pas gêner les autres. Je ne me souviens même pas la dernière fois où j’ai fumé dans un espace « couvert »… en Chine, probablement, culture oblige.

    Bref, le truc c’est qu’on va forcément gêner quelqu’un à un moment. J’en suis sincèrement désolée, mais oui, si je fume dans la rue (vu que c’est la seul endroit où je fume, jamais chez nous évidemment dans la maison), je vais croiser des gens, certains qui auront ta réaction, bien compréhensible. J’ose espérer (et je ne suis pas ironique ici…) que de me croiser moi et ma fumée n’a pas de conséquence gravissimes, pas plus que tous les petits risques de la vie quotidienne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s