Des vacances dans le Sud de la France

Suspendu. C’est le mot qui sied le mieux au temps, ces jours-ci. Il s’écoule avec une infinie lenteur, larvé dans une maison en pierres, sous le soleil de Provence. Les minutes s’égrènent avec hésitation. Les groupes se dispersent. Qui pique une tête dans la piscine, qui complote en observant les fourmis au bout du jardin, qui lit à l’ombre du toit de bois, dans le salon d’été, qui rebondit sur le trampoline, au bout du petit chemin, et qui tape au loin, défendant avec acharnement son jeu au tennis, sous un soleil de plomb.
Il y a bien longtemps que nous n’avons pas franchi les limites de la propriété. Qu’elle se suffit. Qu’elle nous suffit. Microcosme dissimulée dans la végétation provençale.

Bientôt, pourtant, on reprend la route. Le temps d’embrasser encore mon amie et sœur que j’aime de tout mon cœur. Les grands-parents. Les oncles et tantes. On fait un crochet par nos terres stéphanoises. Un autre par celles, au milieu des volcans, qui nous ont vus grandir. Et puis on rejoint notre Sud-Ouest d’adultes. Notre premier appartement. Notre deuxième. Notre première maison. Nos allers-retours dans la région montalbanaise. La maison aux volets bleus de mes parents. Les bordures qui sentent la menthe fraîche. L’immense jardin que je tonds. Les chevaux que l’on nourrit, la main bien à plat, et les « tiens donne-leur toi maman ». Le beau Gibbs blanc et noir. Le chat que j’évite. La balade en péniche à l’ombre des platanes et les écluses qui n’en finissent plus de s’ouvrir. La visite à Toulouse pour voir les amis et s’inviter dans les lieux de nos premières amours. Notre crêperie. Notre papeterie. Saluer la fac. Se demander si le sens de la rue a encore changé. S’étonner du nombre de commerces qui ont fleuri depuis notre dernière visite. Visiter des amis à Bordeaux. Rencontrer pour la première fois un grand bébé de trois ans. Se rendre compte que l’enfant qu’on a connu minuscule va entrer au CP. Et que notre grande fille n’était alors qu’un bébé.

Alors les vacances s’achèvent, on remplit les sacs en faisant des piles un peu partout sur le sol de la chambre. Les tas sont énormes, les sacs débordent, et l’on ouvre les boîtes de cadeaux pour y loger d’autres petites choses, le nougat entre deux livres et les carnets glissés entre deux morceaux de puzzle 4 ans et + phosphorescent. Les souvenirs s’imbriquent, le temps s’accélère, il est temps de partir. A 4h le réveil sonne. La nuit aura duré le temps d’un battement de paupières, à peine. Voiture, débarquement, aux revoirs, contrôle, douanes, embarquement, longues heures de vol, et puis Montréal, en dessous de nous. Montréal au bout de la piste. Montréal, qui brunche, entre deux averses. Et notre amie qui nous attend, debout à côté de la voiture. Les bagages que l’on jette dans le coffre, le chien que bientôt on récupère, les vêtements et les objets que l’on range, les jouets que l’on ressort. Et la vie, que l’on reprend. Montréal, nous revoilà.

-Lexie Swing-

Crédit photo : DR Lexie Swing

14 commentaires Ajouter un commentaire

  1. J’espère que cette parenthèse t’a redonné des forces et a été reposante! Dans quel état d’esprit es-tu après un voyage dans Mère patrie? Remise en question ou au contraire confirmation de votre choix de lieu de vie?

    1. lexieswing dit :

      J’étais un peu perdue! J’étais fatiguée, mon chez moi ne m’est pas apparue comme vraiment chez moi, on reprenait le travail des le lendemain et puis j’adore voyager alors le retour est toujours difficile. Mais finalement tout est rentré dans l’ordre en quelques heures. La mère patrie m’est apparue plus douce, plus jolie que dans mon souvenir. J’en ai apprécié les petits commerces locaux, les produits végés plus accessibles, la gentillesse des gens que je n’avais pas gardee en mémoire. Mais les mauvaises choses sont encore là, la difficulté à vivre ensemble est tellement palpable… Cela suffit à me faire fuir :)

  2. Bon courage pour le retour…!

    1. lexieswing dit :

      Merci ! On se lève treees tôt pour le moment ;)

  3. Paddy dit :

    Une parenthèse enchantée pour nous aussi.

  4. Marie Kléber dit :

    Tu décris si bien ce retour aux sources, près de ceux qui nous sont chers et des souvenirs qui nous remplissent le coeur. Le retour est toujours teinté de nostalgie jusqu’à ce qu’on touche la terre ferme de notre « chez nous ».
    Bonne semaine Lexie.

    1. lexieswing dit :

      Oui les souvenirs finalement font le voyage :) merci Marie, bonne semaine à toi aussi

  5. Les photos sont belles et empruntes de douceur :) J’espere que le retour « a la normale » n’a pas ete trop compliquee. J’avoue que si je rentrais dans le sud avec une piscine et un temps clement, ce serait peut-etre plus difficile pour moi de revenir… Mes retours en Lorraine sont toujours tellement mouvementes et plein de « drama » que finalement je me repose chez moi ;)
    En tout cas, ca fait du bien malgre tout ces pelerinage de temps en temps

    1. lexieswing dit :

      C’était doux et plein de cerises ;) j’avoue que les dramas ça fait moyennement envie !!

      1. Miam les cerises! Les mirabelles c’est ce qui me manque le plus a la fin de l’ete

  6. Ah la Provence…C’est là que je suis née et même si je bouge, déménage, change d’horizon, ça reste mes racines et il y a des choses dont je ne pourrais pas me passer à long terme et qui m’y ramèneront toujours…
    Vous avez séjourné où ?

    1. lexieswing dit :

      A Jouques :) et toi où vivais tu? A Aix?

      1. D’accord, vous avez dû aimer la région :-)
        Je vivais à Sausset les Pins (à côté de Carry le Rouet, à la mer!), et après on a acheté notre maison dans le Luberon, à Rustrel. Puis là on est parti dans la région lyonnaise pour le boulot de Monsieur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s