3 façons d’acheter différemment

Quand, il y a quelques mois, nous avons plongé les yeux dans nos dépenses afin de circonscrire le flot continu, nous savions qu’il y avait quelques trous. Comme tout le monde, nous laissions parfois aller nos achats, nous équipant de manière plus ou moins compulsive. Mais ce qui nous a surpris, une fois l’application Mint installée, a été de constater le montant d’argent dépensé certes, mais surtout le nombre de dépenses, le nombre d’achats et de paiements faits, et leur fréquence. Ils pourraient se résumer ainsi : un café au Starbucks, une brioche au Pain Doré, une jolie carte chez Papyrus, un beau stylo chez Indigo, une super promo chez Winners et une incontournable paire de jeans taille 2 ans chez Zara.

Je suis sûre que vous voyez de quoi je parle.

Je travaille en plein centre-ville de Montréal, j’ai une heure de pause le midi et les centres commerciaux sont accessibles par les souterrains depuis mon building. Je peux magasiner par -15 degrés en pull et bottines, entends-tu ça??

Bien sûr j’en ai profité. Ardemment. Mais l’étude de nos dépenses m’a mis face à cette réalité indubitable : je dépensais par ennui et non par besoin. Avec ce qui en découlait : je gâtais trop mes enfants parce que je trouvais toujours des bébelles à ramener, j’encombrais ma maison de choses inutiles, j’encourageais une consommation qui ne me correspondait pas (tsé le petit machin de plastique made in China?).

Alors on s’est imposé des nouvelles règles : moins d’achats, plus de réflexion, aussi plus de faits-maison dans les repas. On s’est mis à dépenser différemment, voilà comment.

1. Réfléchir avant d’acheter

J’écris cet article un sac Winners sous le bras, une histoire de cordonnier mal chaussé sûrement. Mais il n’empêche que l’item que je dissimule ainsi correspond en tout point à ce que je cherchais. C’est quelque chose dont j’avais besoin, pour une occasion précise. Et je me suis rendue chez Winners trois fois avant de trouver ma perle rare. Niveau rentabilité horaire, zéro, mais en termes de rentabilité objet, on est au top. La règle numéro 1 : n’acheter que ce qui a été voulu, soupesé, estimé. Et surtout ne jamais acheter par dépit. Car acheter quelque chose dont on sait qu’il n’est pas exactement comme on l’imaginait, c’est l’assurance de racheter à plus ou moins court terme un nouvel item, plus adapté. Et c’est valable pour les choses les plus bêtes. J’ai investi comme ça dans un épluche-légumes. Magasin de cuisine reconnu, marque bien sous tout rapport. Mais d’une inutilité crasse. J’avais bien vu qu’il n’était pas comme je cherchais mais tsé, c’était le seul du magasin. Et j’avais justement une soupe à faire ce soir là qui n’en pouvait plus d’attendre… le plan classique!

2. Consommer durable

Il y a quelques années, on nous a très gentiment donné deux gros sacs de bébelles. Le genre de petits gugusses en plastique fin, et des tas de mini accessoires. Il devait y avoir mille morceaux, au bas mot. Ma cadette n’était alors qu’un pépin de pommes et les sacs furent rapidement remisés. Mais maintenant que l’on pourrait les ressortir, voilà qu’ils nous donnent de l’urticaire. Des affaires toutes croches, qui ne tiennent pas vraiment. Des petits bouts, tout le temps, partout, qui glissent dans les coussins du canapé et collent aux poils du chien. Résultat, ils ont réintégré leurs sacs plastiques et partiront bientôt pour d’autres cieux que les miens. Alors pour ne point encombrer plus notre vie, nous avons mis un terme aux petits jouets inutiles, aux bébelles de sacs surprises du supermarché et autres affaires de plastique. Je veux du solide, et surtout du « je te l’offre et tu as intérêt à jouer plus qu’une demi heure avec ». Hier nous avons arpenté Toys’r’us à la recherche de sucettes pour Tempête, l’occasion pour sa grande sœur d’ouvrir des yeux comme des soucoupes en s’exclamant qu’elle était arrivée au paradis (rien que ça). Et bien sûr en réclamant chaque chose qu’elle voyait. Absolument chaque petite chose. Et généralement des peluches moches et des crayons pailletés.

No way.

Et puis une chaise haute et un lit mais pas comme le lit que j’ai mais un autre lit, superposé, pour mes deux bébés.

Elle en a 5, un dortoir n’y suffirait pas.

Alors passé les caisses – et les bijoux et accessoires de coiffures Claire’ s, l’occasion de nouvelles demandes – j’ai pu échanger avec elle et lui demander ce qu’elle aurait choisi dans tout le magasin. Elle a dit la peluche moche (enfin elle n’a pas dit moche bien sûr, elle a dit « le petit tigre trop beau avec ses yeux qui font comme des paillettes »). Après elle s’est ravisée et elle a dit « Rocky et sa voiture ». (On a déjà mais passons). Et puis ce matin elle m’a avoué avoir bien réfléchi. Elle voulait – elle en était sûre et certaine j’en n’ai pas dormi de la nuit maman – elle voulait un cahier de jeux Peppa Pig. On est passé d’un lit superposé en plastique rose à un cahier de jeux Peppa Pig. Apprécie le sentiment d’accomplissement.

D’ailleurs on est sorti du magasin et elle m’a dit « je suis bien fière de ne t’avoir rien demandé maman ». Lol.

3. Réinvestir son argent

Le problème des items superflus, c’est qu’ils ne sont pas prévus dans le budget. J’imagine que tout le monde prévoit une case plus ou moins lousse de « divers ». Mais pas de « j’ai acheté un poney sur Groupon parce que je m’ennuyais à la job ce midi ». Pour acheter ce qui n’est pas vital, nous commençons donc par nous départir de l’existant. Je rêve de ce moule à tarte rectangulaire (chacun ses passions les gars), je vais donc commencer par revendre cette machine à jus dont nous nions l’existence depuis sa première utilisation. Les filles auraient besoin de quelques paires de jeans supplémentaires ? Pourquoi ne pas commencer par faire de la place dans leur garde-robe avec les paires trop petites. « Maman je voudrais le Livre du Loup qui part sur la Lune ». Miss Swing a donc choisi quelques jouets qu’elle n’utilisait plus et nous les avons mis en vente. Elle est à quelques dollars de pouvoir s’offrir le livre du Loup et j’ai bien hâte de voir son visage quand elle pourra donner elle-même son argent au caissier ou à la caissière de la librairie.

On est passé des bébelles du Dollarama à ma fille qui se paye ses propres bouquins, j’assume.

Mais croyez-moi, terminer la négociation d’une vente par « je ne souhaite pas descendre le prix plus bas, l’argent va à ma fille de 5 ans pour qu’elle puisse s’acheter des livres », ça fait son petit effet.

Pour tout ceux qui aiment les bonnes idées budget, je vous conseille d’aller faire un tour chez Béatrice. C’est le thème central de son blog et elle est pleine de ressources.

Et vous, comment consommez-vous ? Avez-vous des astuces ?

-Lexie Swing-

Photo : Matthew Henry

Catégories SociétéMots-clés ,

6 réflexions sur « 3 façons d’acheter différemment »

  1. Budgeter, tout une histoire! Pour ma part je depense trop en bouffe, et je justifie ca en me disant que c’est « pour notre santé ». C’est vrai, mais parfois (souvent) je pourrais mieux m’organiser aussi.
    Et comme je vais a la salle de sport entre midi, je suis pas tentee de faire les magasins ;) Sinon je vais au thrift store quand le samedi j’ai une souvaine envie d’acheter, ca permet de limiter les degats

  2. Mon truc c’était d’acheter sur internet et pendant les ventes privées. J’anticipais. Maintenant j’achète quand on a besoin, sans stocker pour six mois.

    1. Tellement ! Ici on a un supermarché spécialisé dans les ventes « en gros », et tout te paraît toujours attractif! Tu sais : du sucre pour six mois, 18 conserves de pois chiches, etc

  3. Les courses du mois pour ce qui n’est pas « frais » via une commande internet : ça permet de réfléchir à ce dont on a vraiment besoin ou pas. Et puis pour la place dans la maison, on essaie de revendre (tente de randonnée pas utilisée depuis 2 ans, cage du hamster encore ok, … ) ou de donner (le panier dont le chien ne veut pas…). Mais j’avoue que je suis assez rationnelle d’une manière générale pour mes achats. Après j’adore faire plaisir donc je crois que si j’avais des enfants je craquerais plus pour des petites choses. Là je vais avoir une nièce et j’ai déjà failli craquer plus d’une fois pour des petits trucs…

    1. J’ai une amie qui projette d’avoir un bébé et je dois me retenir de ne pas acheter des tas de petites choses !!

      1. Ici c’est débarquement imminent pour la nièce 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close