Conseils vitaux pour déboires parentaux

4 ans et quelque de gestion parentale m’ont appris beaucoup de choses sur moi-même, et la vie en général. Qu’un instant de silence peut-être aussi vital qu’un verre de vin à 15h30. Qu’un instant de silence à 15h30 est aussi suspect qu’une chambre d’enfant rangée plus de deux minutes trente post-ménage. Qu’une chambre d’enfant rangée est en fait une illusion Pinterest, etc.

J’ai été en criss jusqu’au bout de mes ongles pas faits (mais pas rongés), souvent, mille fois par jour. J’ai été merveilleuse d’inventivité, méchante à force d’être tannée. Tour à tour mère parfaite et Folcoche exacerbée, tenant par un bout de pied le poupon au-dessus de la poubelle et criant «je compte jusqu’à trois, si tu ne ranges pas ces légos tu peux lui dire ADIEU». (Reposez ce téléphone, je parle d’une vraie poupée, en plastique noir, avec deux yeux qui se ferment dont un, un peu croche). Une bipolarité parfaite, au rythme des cris, des rires, des supplications et des «je t’aime maman, tu es mon amour de ma vie maman».

À date, j’ai survécu. Et croyez-moi il y a des jours où je me trouve héroïque. Où j’aurais le goût de chialer tellement le salon est crade et rempli de jouets poilus – merci le chien – et que ce fichu lave-vaisselle est encore, ENCORE bon sang, à vider. Et je ne chiale pas. Parce que j’en ai juste pas le courage, parce que je suis trop fatiguée, rendu là.

Il y a aussi d’autres jours parfaits, où on fait les choses dans le bon ordre, où la maison est correcte, où les enfants chantent et où je fais des superbes chorégraphies dès potron-minet sur l’air de «Sardine à l’huile, que fais-tu là? Ouachichi, ouachacha…»

Il y a des astuces au quotidien pour donner à la routine un semblant d’efficacité, et pour ne pas vivre à mille à l’heure la main sur le buzzer et l’autre sur le col de la veste de sa cadette à hurler «descends pas l’escalier j’te dis!!». Voici 5 conseils que j’essaye d’appliquer, pas toujours, mais j’essaie, et quand j’y pense, ça marche (CQFD).

Préparer les habits la veille, avec les enfants. Avant l’heure du coucher, on consulte la météo du lendemain et on prépare les vêtements dans un coin de la chambre. On a le temps de se chamailler, d’éteindre les incendies du type «je mettrais que des jupes qui tournent TOUTE ma vie durant et tu pourrais RIEN faire pour m’en empêcher» et penser au passage à préparer le sac de piscine qu’on aurait probablement oublié dans la tempête du lendemain matin. On se lève serein, ceux qui ont un enfant autonome apprécieront qu’il puisse arriver au petit déjeuner déjà tout vêtu-les-chaussettes-dépareillées (la gauche a mystérieusement disparu pendant la nuit) et c’est dix minutes de cris économisées pour tout le monde.

Avoir une boîte-à-tout. J’ai une boîte-à-tout à l’entrée de la maison. C’est la boîte des choses à ne pas oublier. Les clés. La tenue de rechange. Le courrier à traiter dans la semaine. On y pitche l’essentiel et ça marche bien mieux que de se coller des post-its sur le frigo ou de lancer «Dis, tu me rappelleras de prendre…». Et ça évite de perdre certaines choses. «Elles sont où les casquettes?», «Dans la boîte!». «T’as pas vu mes lunettes?» «Si, dans la boîte!». «On devait pas penser à…» «DANS LA BOÎTE!». «Il est où le chien?» «Euh…?» (Pneus qui crissent, demi-tour au feu rouge, déboulement dans le jardin pour retrouver le chien qui mouette devant la porte).

Préparer le repas la veille ou le matin. Eille, je vous entends déjà rouspéter! J’admets que ça prend du temps que l’on n’a pas toujours, le soir ou le matin. Mais rappelez-vous de cette sensation délicieuse d’un retour à la maison en sachant que le repas vous attend tranquillement dans le bac du frigo? Les chanceux lanceront leur Thermomix ou leur mijoteuse programmable. Les autres (dont moi, qui n’aime pas savoir que quelque chose cuit lorsque je suis absente de la maison) commenceront leur préparation la veille ou le matin pour rentrer à la maison plus serein. On arrive, on enfourne les lasagnes précuites et on va donner le bain. Les enfants se lavent seuls? On s’assoit sur le sofa, les pieds nus sur la table basse et on savoure un verre bien mérité.

Tout ramener devant les chambres. Je me retrouve toujours à ranger une fois les enfants couchés. Et en attendant qu’elles soient complètement endormies, je ne sais jamais que faire du linge que j’ai plié et des jouets que j’ai ramenés. Désormais, je les empile à l’entrée de la chambre, si nécessaire dans une boite dédiée ou sur une petite chaise. Je profite de ma soirée dans un salon et une cuisine dégagés, et je range dans leurs chambres en allant me coucher. J’oublie? Pas grave, ça fera un excellent exercice de «montre-moi comme tu es autonome et range bien ta chambre mon grand». Miss Swing a parfaitement compris le concept : elle empile dans un coin sombre et place son pouf au-dessus en attendant que la motivation la gagne.

Apprendre à lâcher prise. L’état de la cuisine me met à l’envers. Ma chambre ne reste une chambre, à savoir un espace sans linge à plier et peluches variées, que 2h seulement par quinzaine, le sous-sol est bon à karsheriser, le jardin est une forêt vierge et ça fait déjà trois fois que je demande une copie de ce reçu super important qui disparaît sans cesse dans la pile du «à ranger». Mais mes enfants sont propres (pas le soir à 17h45, là, elles sont souillées de sable et de tâches non identifiées), elles mangent à leur faim (trois petits pois et huit gâteaux). Nous sommes en bonne santé (avec trois kilos de cellulite en trop) et surtout nous avons un évier cosmique tellement immense qu’on peut continuer à s’y laver les mains après huit jours à y empiler de la vaisselle. «Je suis TELLEMENT chanceuse» me dit souvent Miss Swing en collant son 3501e autocollant Paw Patrol. Et elle a bien raison.

N’oubliez pas. No job is too big, no mum/dad is too small. You’ll figure it out.

-Lexie Swing-

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s