Ces bras qui ont tant compté

Ils enlacent et caressent, ils rassurent et apaisent, ils gesticulent à l’heure du conte et s’engourdissent, à celle de la sieste. Ces bras-là, ceux que nous avons cherché, mesuré, soupesé du regard, ceux que nous avons serré nous-mêmes parfois. Ces bras qui ont tant compté. Ces femmes et hommes qui les accompagnées, de leurs premières découvertes à leurs premiers apprentissages.

Ce seront pour toujours ces bras dont nous nous souviendrons. Il les fallait forts pour accompagner les premières valses, pour guider et porter, pour apprendre. Nous les avons choisis, leur avons fait confiance, pour soutenir ces premières danses. Ils ont eu plusieurs noms, surtout des noms de femmes. Je les oublierai peut-être – les noms se rangent mal dans ma mémoire personnelle – mais je n’oublierai pas ces bras grands ouverts, ou fermés sur leurs épaules. Ces bras rassurants, qui ont aimé mes filles comme les leurs. Ces voix apaisantes, ces sourires amusés, cette envie de les faire avancer, de les conduire à l’autonomie.

Je n’oublierai pas comment mes filles les ont serrés fort, comme elles s’y sont accrochées, pour ne pas vaciller. Je me souviendrai de toutes les fois où j’ai surgi le soir et aperçu par la vitre embuée leur petit corps blotti sur une hanche, coincé sous la pliure d’un coude. Je redessinerai l’arc solide des épaules et les mains franches, qui ont servi d’appui aux foulées imprécises. Je saurai que ces bras-ci ont porté haut et loin, sur la grande glissade, sur la dernière prise du mur d’escalade, et qu’ils ont poussé fort les balançoires, sous leurs cris ravis.

Ces bras sont ceux qui m’ont donné la place nécessaire pour devenir leur mère, même quand parfois ce sont eux qu’elles ont appelé «maman». Je n’en ai jamais connu de jalousie, vous étiez leur figure maternelle un peu vous aussi. Vous vous êtes succédé, avec le rythme qu’imposent les déménagements et l’évolution propre à l’enfant. Vous avez laissé la place à d’autres, avec le cœur que je savais parfois gros. Vous disiez «je me souviendrai toujours d’elle», et je sais que ce n’est pas forcément vrai. Mais nous, nous souviendrons toujours de vous. Vous avez été nos bras, vous nous avez permis d’exister en tant que personne propre.

Nous avons créé à chaque saison pour vous des cadeaux parfois ratés. Privilégiant la générosité enfantine à celle de notre portefeuille. Une façon maladroite de vous dire merci, merci pour toujours.

Alors merci, je n’oublierai pas.

-Lexie Swing-

9 réflexions sur « Ces bras qui ont tant compté »

  1. Pas tout compris. Mais si attachant comme d’hab !!!

  2. C’est marrant, moi je pense surtout aux mains, plus qu’aux bras. La main qu’on serre, qu’on cherche, qui nourrit, qui guide, qui caresse et qui fait non du doigt :-)

    1. Je pensais aussi aux voix de mon Côté, et aux sourires

  3. Superbe!
    C’est très émouvant je trouve.

  4. C’est un texte très émouvant, comme souvent chez toi

    1. Merci beaucoup (je me plais beaucoup à lire tes textes moi, ils sont parfaitement ironiques parfois tout en étant émouvants)

  5. Je repense à Nadia, algérienne, à la première crèche d’Ezra, celle du bout de la rue. Elle avait les hanches aussi larges que son sourire. Il lui tendait les bras, elle le calait contre son corps généreux et je partais l’esprit tranquille alors que toute l’organisation de la crèche elle-même était foireuse. Je le savais très aimé. Quand on a quitté la crèche, elle a compilé des photos de tous ses petits camarades d’alors et lui a écrit un mot interminable, plein de fautes d’orthographe mais surtout plein de mots d’amour. Elle ne le sait pas mais je pense que je penserai à elle toute ma vie. :-)

  6. Oui, c’est exactement ça, elles donnent énormément et les mômes, confiants grâce à cet amour, continueront d’avancer et oublieront jusqu’à ces bras qu’ils ont pourtant tant réclamé. C’est nous qui chérirons leur mémoire… :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close