Besoin d’un livre? Rendez-vous chez Alire {Rive-Sud}

Libraie indépendanteLes librairies indépendantes ont ce je-ne-sais-quoi de mystérieux, de fascinant. En plein Longueuil, installée entre le métro et le début du Vieux-Longueuil, la librairie Alire a ceci de surprenant qu’elle s’est installée en plein cœur du Centre Longueuil. Un centre commercial donc. Pas si courant pour une librairie indépendante mais elle jouit ainsi d’un espace de bonne taille… et de la grande diversité de titres qui va de pair!

Créée par des passionnés du genre, la librairie Alire offre tous les styles, avec un joli espace dédié aux enfants. La dernière fois que je m’y suis rendue, j’avais une liste éclectique : bio d’un musicien, roman de poche publié il y a deux ans et collection de livres pour enfants québécoise.

La liste était longue et mon temps restreint, d’autant que je tenais par la main un petit rat de bibliothèque touche-à-tout. Alors j’ai aussitôt interrogé l’une des libraires présentes. Aux titres que je donnais, elle répondait par l’auteur. Si j’avais eu plus de temps, je lui aurais proposé un quizz, juste pour constater encore un peu plus sa passion pour les livres et sa phénoménale mémoire.

Alors si vous avez un livre à acheter, oubliez les grandes enseignes et pensez aux librairies indépendantes. Vous êtes de la Rive-Sud mais vous n’habitez pas Longueuil? Ça tombe bien, moi non plus. Mon conseil : lorsque vous allez bruncher le dimanche, de l’autre côté des ponts, faites un petit crochet. Jacques-Cartier, qui-était-un-homme-avant-d’être-un-pont, ainsi que le répète désormais Miss Swing, n’est qu’à quelques kilomètres de là. Et sinon, vous pouvez toujours commander en ligne.

-Lexie Swing-

 

Crédit Photo : The Lonely Pixel

Calme et concentré, un beau livre pour les petits yogi

Calme et concentré, aux éditions Nathan./ Photo DR Lexie Swing

Calme et concentré, aux éditions Nathan./ Photo DR Lexie Swing

Il est arrivé par la Poste un matin de décembre. « Cadeau des cousins » était-il estampillé. En vrai, moi je le sais, c’était un présent de Tatie D. Un présent qui a tout de suite enthousiasmé Miss Swing. Sous le papier, elle a découvert un joli livre cartonné. Elle s’est assise, elle a gratté de l’ongle les mandalas à toucher, penché la tête devant les dessins de petit yogi et m’a finalement tendu le livre : « Qu’est-ce qu’il faut faire maman? »

Le livre a pour but de recentrer l’enfant, et de le calmer. Grâce aux mandalas à suivre du doigt tout en respirant, l’enfant apprend à inspirer et expirer. D’autres pages lui expliquent comment se masser des zones spécifiques du corps. Notre préféré : la main. Son père et moi en tenons chacun une, et lui massons au gré des explications de la page : replier les doigts un à un, appuyer là où est dessinée la petite coccinelle (le mont de Vénus), masser les doigts en les tournant, etc.

Une petite aide pendant le Terrible Two./ Photo DR Lexie Swing

Une petite aide pendant le Terrible Two./ Photo DR Lexie Swing

Un autre exercice que l’on fait souvent avant d’aller se brosser les dents : les positions de yoga. Faire le gros dos comme un chat, s’étirer dans la position du chien… Les enfants de l’âge de Miss Swing sont souples et c’est une façon amusante de les aider à se détendre et s’étirer.

Des petits jeux de concentration sont également proposés : transvaser de l’eau, danser et s’immobiliser lorsque la musique s’arrête ou encore transporter des choses en équilibre sur un livre. Des exercices qui rappellent la pédagogie Montessori.

Notre avis :

Adopté par nous, les parents, comme par notre aînée de 3 ans. Vouloir apprendre à son enfant à se relaxer, à bien respirer, c’est une bonne chose, mais avec un support, c’est parfois plus aisé. Tout y est : l’apprentissage durable (savoir respirer et se recentrer est un apprentissage incontournable dans la vie), le moment parent-enfant, le bénéfice d’un enfant calmé et prêt à s’endormir, etc.

« Mes premières activités pour être calme et concentré », collection Haut comme trois pommes aux éditions Nathan. Pour les enfants de 3 à 6 ans. 24,95$ au Québec chez Archambault, 15,90 en France à la Fnac.

-Lexie Swing-

Ces histoires de tolérance

Caribou vous présente sa sélection de livres sur la tolérance./ Photo DR Lexie Swing

Caribou vous présente sa sélection de livres sur la tolérance./ Photo DR Lexie Swing

Quand la marraine de ma fille m’a demandé quel genre de bouquins j’avais envie que Miss Swing lise, elle connaissait déjà un peu la réponse. Parce que c’était tout à fait le style de livres qu’elle aurait eu envie de lire aux siens. Ce qu’on voulait, c’était des livres qui parlent de tolérance, de vies différentes, d’amours sans barrières. Elle en a choisi trois, on les a découvert ensemble, je n’aurais pu rêver mieux, moi qui avait envie d’ouvrir ma fille à des horizons différents. Les voici.

Cristelle et Crioline, de Muriel Douru

Cristelle est une princesse, une princesse grenouille désormais en âge de se marier. Ses parents lui demandent de choisir l’heureux élu. A cette annonce, les prétendants se pressent aux portes du château. Oui mais voilà, aucun crapaud ne trouve grâce à ses yeux. Où sont les papillons dans le ventre, les battements de coeur ? Cristelle se croit condamnée à épouser un mal aimé lorsqu’une jolie créature, aux yeux de velours, se retrouve devant elle. De part et d’autre, c’est le coup de foudre. Oui mais voilà… Crioline est une fille! Que va dire le roi?

On a aimé : cette histoire qui reprend la bonne vieille histoire de princesse loin des clichés habituels, et l’esthétisme des dessins de l’illustratrice, qui rend facétieuses et attachantes ces drôles de grenouilles aux longs cils.

Camille veut une nouvelle famille, de Yann Walcker

Camille est un hérisson qui en a ras le grillon de sa famille. Sa soeur lui met les nerfs en boule (c’est drôle pour un hérisson non?) et sa mère le câline de trop (c’est bien connu, les enfants sont toujours très reconnaissants). Il décide donc de se trouver une autre famille. En chemin, il rencontre des enfants, issus de familles toutes différentes : homoparentale, monoparentale, recomposée, avec enfants adoptés, etc. Un sacré voyage!

On a aimé : que l’auteur ne s’attache pas simplement à faire découvrir la famille homoparentale ou l’adoption, mais qu’il cherche à mettre sur le même plan toutes les familles qui sortent un tant soit peu du schéma traditionnel. Un régal qui devrait permettre aux enfants de comprendre que chaque famille se vaut, du moment qu’il y a un gros lot d’amour à partager.

Elmer, de David McKee

Elmer est un éléphant. Et un éléphant, comme chacun sait, ça trompe énormément (oui je suis en forme aujourd’hui). Elmer, qui n’assume pas du tout son pelage bariolé, décide de tromper son monde et de s’enduire d’un mélange de raisins et de terre pour donner à sa robe colorée une apparence plus commune. Mais voilà l’orage qui s’annonce, comment Elmer va-t-il faire ?

On a aimé : cette histoire que tout le monde connaît, et qui évoque la différence. La marraine de ma fille l’a acheté plus pour le clin d’oeil fait à notre propre enfance que pour le message qu’il véhiculait. Mais on a dû se rendre à l’évidence : c’est un vrai message de tolérance et d’acceptation de soi que David McKee proposait déjà en 1968, année de première sortie des aventures d’Elmer. Il méritait cette place dans cette liste.

Et vous, en connaissez vous d’autres ?

-Lexie Swing-

Cinq livres sinon rien!

Bibliothèque mobile à Richmond, Canada, 1959./ Archives nationales

Bibliothèque mobile à Richmond, Canada, 1959./ Archives nationales

Il y a un petit truc qui passe sur Facebook (l’un des nombreux): citer dix livres qui vous ont marqué, plu, que vous avez détestés, qui ont changé votre vie. Camus, Zola et leurs confrères n’ont jamais eu autant de succès, Marc Levy et Valérie Trierweiler pourront aller se rhabiller, même s’ils sont en rupture de stock partout. On se demande bien pourquoi hein… Ça m’a donné l’idée d’un petit « tag » sur le thème, parce que je sais que mes copines sont souvent de grandes lectrices. Alors…

1) Le livre qui a marqué mon enfance : Le nounours de Tom, l’histoire d’un ours infortuné qui tombe dans un pot de chambre. Des dessins et une histoire à croquer, il dort chez mes parents, tout prêt à être lu par ma jolie Miss Swing à Noël.

2) La collection que j’ai dévorée : Le club des 5, à 7 ans, puis le Clan des 7, Alice, la Bande de la Croix-Rousse (vous vous souvenez du titre?), l’ensemble de l’oeuvre de la Comtesse de Ségur… le tout décollé, rafistolé, issu de l’époque où mes parents étaient eux-même enfants, avec des petites dédicaces sur la page de garde adressées à ma mère qui dévorait les bouquins comme d’autres le Nutella.

3) Le bouquin que j’ai offert plusieurs fois : L’éducation d’une fée, de Didier Van Cauwelaert. Je ne lis jamais aucun bouquin de cet auteur, qui s’est spécialisé dans le dialogue avec les morts et le paranormal, mais ce petit roman n’a rien à voir. Il est léger, drôle, vecteur d’espoir. Il parle de la vie, de ses aléas, professionnels, familiaux ou amoureux. Il est facile et rapide à lire, et en même temps abouti, pour ne pas frustrer les gros lecteurs.

4) Le classique que j’ai apprécié : Les classiques, on y a tous eu droit, lycée oblige. La liste était longue et les descriptions de texte le samedi matin douloureuses. Si certains classiques sont pour moi imbitables (Marcel, si tu me lis), d’autres ont trouvé leur place dans mon imaginaire. Si je devais n’en citer qu’un, ce serait Le rouge et le noir, de Stendhal, ou l’histoire d’amour interdite entre Julien Sorel et Madame de Renal.

5) Mon petit dernier que j’ai tant aimé : Je lis plus ou moins selon les périodes, mais la période où je reviens de la bibliothèque est souvent assez intense. et j’enchaîne les livres vite et tard. Pour autant, ce n’est pas la bibliothèque mais bien mon amie M. qui m’a remis un jour Un été avec Louise, de Laura Moriarty, me confiant que « j’allais adoré ». Je l’ai dévoré. Ce livre raconte l’histoire de Cora, une dame du Kansas, chargée d’être le chaperon de Louise Brooks, future star du cinéma muet, alors tout juste sortie de l’adolescence et lâchée dans les rues de NY. Il faut dire que Cora a une bonne raison de se rendre dans la Grosse Pomme… Ce livre mêle histoire et Histoire, évoquant, au détour des aventures et des rebondissements, les années 20 aux Etats-Unis, entre ségrégation, prohibition et autres interdictions.

Et vous, amoureuses et amoureux des livres, lecteurs du dimanche ou passionnés au quotidien, quels sont les cinq livres qui vous ont marqués?

-Lexie Swing-

Onze minutes, de Paolo Coelho

paulo coelhoOnze minutes. Onze minutes de quoi? De silence? D’absence? D’amour? Non : de sexe.

J’ai mis 2 jours à le lire et il y avait tant de fois des citations à noter que je n’en ai notée aucune.

Je vous dirais « ben c’est un Coelho quoi », mais en fait c’est le premier que je lis.

Vous, vous en avez déjà lu d’autres, sûrement, alors je vous le dis « c’est un Coelho quoi ».

Extrait : « Un être qui vit intensément jouit tout le temps, le sexe ne lui manque pas. S’il a un rapport sexuel, c’est parce qu’il y a profusion, que son verre est tellement plein qu’il déborde, que c’est inévitable, qu’il accepte l’appel de la vie, qu’à ce moment, à ce moment seulement, il parvient à perdre le contrôle. »

Extrait 2 : « Vous savez où se trouve le point G? » La femme rougit, toussota, mais s’enhardit à répondre : « En entrant, au premier étage, fenêtre du fond. »

 

-Lexie Swing-

 

 

Muchachas 2, de Katherine Pancol

Muchachas 2./ Photo DR Lexie Swing

Muchachas 2./ Photo DR Lexie Swing

Hortense. Ce personnage si intrépide, cette fille si indépendante, qu’on déteste tout autant qu’elle nous fascine, est de retour dans le deuxième volet de Muchachas, de Katherine Pancol. On suit sa recherche acharnée de la pièce qui changera tout, on réprouve ce dédain pour Gary, son amoureux, si convaincue qu’ils forment un tout indissociable qu’elle pourrait le perdre. On s’éprend d’une virtuose violoniste au minois de souris, au même rythme que Gary, confus devant ses sentiments. On oublie les premières muchachas qu’on avait accompagnées, mais elles reviendront. La trame est là, le dénouement est proche. Où est le troisième ?

J’ai gardé la couverture bleue pour la photo, mais pour de vrai, je l’ai enlevée dès les premières lignes. Le livre s’est révélé authentique, tout nu, sans artifices. Notre tête-à-tête pouvait enfin commencer! Contrairement au précédent que j’avais emprunté, celui-là m’appartient bel et bien (c’est même un Ontarien), alors si mes copines montréalaises le veulent, il est dispo pour un empruntage massif et organisé :)

-Lexie Swing-

Muchachas, de Katherine Pancol

Muchachas./ Photo Laeti

Muchachas./ Photo Laeti

Je n’étais pas partie pour l’aimer. J’avais lu ses trois précédents opus (plus quatre autres plus anciens) et j’avais sautillé entre les pages, attrapant au vol quelques lignes pour connaître le fin mot de l’histoire sans avoir à me plonger dedans.

J’étais d’autant moins partie pour l’aimer que le premier contact que j’avais eu avec ce livre était un article dans lequel Pancol expliquait qu’elle avait saisi l’inspiration après avoir assisté à une scène de violence conjugale dans le Gers. Le Gers d’où je viens. « Merci de ton aide Katherine, on va encore passer pour des bouseux sans éducation », a donc été ma première réaction.

Mais Muchachas est quand même arrivé jusqu’à moi, par la voie des airs, bien rangé au fond de la valise de Belle-maman, qui le tenait elle-même de D., ma belle-soeur. Qui l’avait acheté… Pourquoi l’as-tu acheté d’ailleurs D.? Bref, je l’ai saisi et je l’ai emporté dans ma chambre. Je suis pire qu’un écureuil avec des noisettes fraîches au début de l’automne quand il s’agit de bouquins. Je les vois, je les convoite, je les empoigne et je les cache dans ma tanière.

Je l’ai donc lu, zappant parfois quelques passages pour échapper aux circonvolutions que je jugeais inutiles. J’ai tenu la main de Stella, l’héroïne, comme je le ferais pour une bonne copine. J’ai serré les dents quand sa mère se faisait cogner, enragée comme à chaque fois que j’entends parler de violence conjugale, et j’ai souri à la fin. Je l’ai quitté le coeur léger, nourrie d’une bonne histoire et d’un bon shot d’espoir. Avec des questions aussi, des tas, des pourquoi et des « j’imagine qu’on en saura plus au prochain opus ». C’est un peu un contrat forcé d’acheter le bouquin suivant mais tant pis, Stella vaut bien ça.

Je regrette simplement certaines pistes jetées en début de bouquin et jamais retrouvées, comme la dispute de Gary et Hortense ou les amours de Joséphine en Italie.  J’accuse toujours un peu la profusion de détails, de lieux et surtout de personnages qui noient systématiquement les Pancol et me fait me demander toutes les dix pages « Attends, c’est qui lui déjà? »

Mais je loue ses personnages principaux, toujours attachants, qui donnent envie d’aller plus loin dans le bouquin. Et je lui montre tout mon respect pour avoir osé aborder, elle qui a d’habitude le scénario assez léger, un thème aussi lourd et nécessaire que les violences conjugales.

Pour une autre critique et des extraits, rendez-vous chez Mes bulles d’air à qui j’ai piqué la photo.

-Lexie Swing-